Le jeu vidéo prépare-il sa mort ?

mario odyssey Visual

En plein dans son E3 annuel, l’industrie du jeu vidéo tente d’impressionner le monde avec des annonces et des promesses toujours plus incroyables. Microsoft dévoile sa Xbox One X, Sony et Nintendo complètent le catalogue de leurs machines… Enfin bref, rien de nouveau ! Sauf que voilà : cette année je ne m’y suis presque pas intéressé. Du coup la question que je me suis posé c’est : « Pourquoi ? ». Pourquoi cette date que j’attendais chaque année ne me fait plus rien ? Un bon début de réponse se trouve dans la direction qu’a pris l’industrie.

Ce billet ressemblera surement aux gémissements d’un vieux con grommelant que « c’était mieux avant ». Mais au delà de ça, j’aimerai sérieusement aborder des questions beaucoup plus graves, des interrogations qui risquent de laisser une profonde cicatrice au medium si une solution n’est pas trouvée.

Au service des joueurs

Ubisoft aborde avec une certaine sérénité son tournant vers le jeu-service, et alors que certains éditeurs ont construit leur légende par ce biais (coucou Blizzard) cette pratique n’en est pas moins risquée. Le jeu service se base sur l’intérêt porté par le public : plus le jeu est joué et plus les mises à jour et le suivi vont pérenniser. Laissez moi donc faire mon vieux con venu de Twitter pour sortir mon plus beau : « Qui se souvient de Steep ou For Honor ? ». Graphiques Google Trend à l’appui, la garantie de pouvoir accéder à ces titres dans 1 an est loin d’être assurée !

Pour moi il est normal de ne pas s’emballer sur l’officialisation de Beyond Good and Evil 2. Car même si le « trailer d’intentions » parait superbe BGE2 sera bien un jeu-service mis à disposition sur serveurs. Je lui souhaite bien entendu plus de succès qu’à son aîné, mais ce fonctionnement incite à la prudence. Ce qui est d’autant plus dommage, c’est que je sais que je pourrai toujours jouer au premier opus dans 10 ans, alors que le second n’existera tout simplement plus.

Anthem jeu naze
Destiny-Like avec fonctions en ligne. Anthem a déjà tout du « Tu me gonfles d’avance – Starter Pack »

Un exemple à la con hors Ubisoft : j’ai acheté il y a quelque temps Strafe, un Doom-like procédural qui m’avait bien plu. Le jeu est sorti en édition limitée sur PS4 et je me suis dit que c’était l’occasion de craquer. Au moment où j’ai lancé la galette je mange 3Go de mise à jour, je suis déjà pas mal vénère. Mais le pire étant qu’une fois cette mise à jour terminée, mon jeu se lance avec une mention : « Beta V1.XX.XX ». Pire qu’acheter un jeu incomplet : j’ai acheté un produit encore en test. Un jeu qui dans 10 ans ne représentera plus du tout l’aspect « fini » au travers de ses mises à jour.

Madrange HD remaster

Vous connaissez le point commun entre l’état actuel de l’industrie du jeu vidéo et une tranche de jambon ? Les deux ont une date limite de consommation. L’un est soumis à la mise à disposition des serveurs de jeux, des fonctionnalités en ligne, les patchs correctifs… Et l’autre, bah… au bout d’un moment si vous la mangez vous survivez pas !

Un exemple parmi tant d’autres : j’ai acheté Final Fantasy XV à sa sortie, dans sa version « vanilla ». Admettons que je veuille relancer dans 6-7 ans ce J-RPG que j’ai plutôt bien apprécié, qu’en restera-il ? Un jeu avec des manques scénaristiques, des mises à jour absentes, des bugs non corrigés, des DLC périmés… Il ne reste finalement que l’ossature de ce qu’était l’expérience proposée à la sortie. Alors que les jeunes papas font découvrir à leurs enfants les joies du premier Zelda, que va-il advenir de la prochaine génération de joueurs ?

Smash Bros for Wii U
Avec ou sans DLC et MaJ tu es dans mon kokoro !

Certaines additions de contenus de me dérangent pas. Avec Smash Bros Wii U -par exemple- on est sur une version « vanilla » parfaitement jouable, généreuse en contenus. Un produit qui continuera d’amuser même dans 5-6 ans sans aucun correctif. Aussi l’ajout de personnages payants est un réel bonus qui n’ampute en rien l’expérience du jeu. Pour d’autres jeux de combats comme Street Fighter V ou Injustice 2, voir dès le premier jour des espaces grisés à l’écran de sélection des personnages est très frustrant. Honnêtement je ne joue pas à ces deux jeux donc vous pouvez me taper librement en commentaires. Mais ma pensée est tout de même formulée sur ce fait : créer un jeu sur la base d’une coquille pour se dire « Boah ça on le fera dans 6 mois » n’est pas une base saine pour l’industrie.

Héritage

Il restera une question ouverte à la fin de mon billet : quel héritage le marché du jeu vidéo va-il laisser ? Les récentes déclarations de Sony sur le sujet de la rétrocompatibilité sont on ne pleut plus claires : le jeu vidéo est un produit de masse, daté et à consommer avant péremption. On ne parle même plus du futur du jeu vidéo, mais bien de ce qui se passe actuellement. Posez-vous la question de savoir si un de vos jeux préféré PS4 / Xbox sera toujours jouable « en l’état » en le lançant dans 5-6 ans.

La question de l’héritage et de la conservation vidéoludique existe depuis les premiers MMORPG. La fermeture des serveurs ne laissant uniquement comme témoignage du jeu les vidéos des joueurs et les produits dérivés. Avec ce mode de fonctionnement qui s’applique de plus en plus à nos jeux récents je pense qu’il est au moins pertinent de s’interroger. Et de se rendre compte que même si le jeu vidéo est un art, il est avant tout un produit de consommation grand public. C’est con, mais c’est comme ça.

7 thoughts on “Le jeu vidéo prépare-il sa mort ?

  1. Je partage fortement ton avis sur la chose. Je pense même être nettement plus hermétique sur le sujet. Pour moi, c’est simple, les DLC, c’est hors de question que j’y participe ( sauf gratuits ). Je n’achète généralement plus les jeux à la sortie mais j’attends une version « complète ». Concernant le format, je suis, tout comme toi, un collectionneur, je déteste le démat, hors de question que j’achète du démat ( autant télécharger illégalement dans ce cas ).

    Un bon billet, qui reflète parfaitement le nouveau style du jv. Étonnamment j’ai zappé l’E3 cette année sans même m’en rendre compte.

    1. Oh de là à faire l’amalgame « autant pirater si je peux pas toucher la boîte  » quand même pas ! De très belles expériences sont nées de ce canal de diffusion moins honéreux, et du coup se permettent une sortie physique plus tard 🙂

      1. Je dirai plus que le support physique « m’assure » d’avoir le bien aussi longtemps que j’en prendrai soin … le démat est nettement moins rassurant. Du coup, je ne m’y risquerai pas et j’aimerai autant passer par le téléchargement. Jusqu’à présent, j’ai toujours réussi à m’en passer. Je déteste le côté produit de consommation qu’on dégage une fois terminée. En tant qu’ancien développeur, la première fois que j’ai pu voir mon nom dans le livret d’un jeu j’étais réellement très fier ( même si le jeu en question était une daube ). J’ai quitté l’industrie du Jv il y a presque 10 ans, la productivité avait pris le pas sur le plaisir ( il fallait bien payer les factures ) mais j’ai toujours énormément de plaisir à continuer la création sans participer au joyeux bordel actuel ;).

  2. je suis pas vraiment d’accord avec toi, c’est vrai, certains jeux vont plus etre jouable, mais regarde les jeux indé ? meme des jeux sur ps4 seront encore jouable dans 10 ans. oui les MMORPG seront mort

    1. Je n’aime pas faire des billets trop long mais je suis ok avec toi. Bien entendu que mon Tales of Berseria, mon Abzu et une tonne de jeux seront encore jouables. Mais partant de cet exemple je ne suis pas sur que le prochain opus de Tales Of se laisse pas tenter par ce mode de fonctionnement . De la même manière que -et ça me creve le coeur de le dire- fera Kingdom hearts III :/

  3. Alors tu pourras dire ce que tu veux, c’est un billet de « vieux con c’était mieux avant ».

    Tu as délibérément pris de morceaux choisis pour étayer ton argumentaire.

    Exemple déjà avec le Google Trends entre Overwatch, un jeu (sur-)hypé à énorme succès, et deux jeux de niches qui n’ont pas vraiment décollé mais qui ont trouvé leur public. Statistiquement, ton graphisme ne sert à rien puisque tu prends une période au hasard. Une possible chute après le lancement du jeu aurait été plus intéressante. Et encore, faudrait-il que la relation « jeu joué » et « trending sur google » ait une corrélation.

    « Vous connaissez le point commun entre l’état actuel de l’industrie du jeu vidéo et une tranche de jambon ? Les deux ont une date limite de consommation. L’un est soumis à la mise à disposition des serveurs de jeux, des fonctionnalités en ligne, les patchs correctifs… « . Les jeux-service sont minoritaires sur le marché.

    « Les récentes déclarations de Sony sur le sujet de la rétrocompatibilité sont on ne pleut plus claires : le jeu vidéo est un produit de masse, daté et à consommer avant péremption. » A côté de ça, Microsoft travaille sur la rétrocompatibilité de la Xbox originale. Que faut-il en déduire du coup ? Je suis perdu.

    Malgré tout, je comprends un peu ton inquiétude, sauf qu’elle est illégitime. Elle part du postulat que les serveurs seront fermés dans les années à venir. Alors, pour du jeu-service (qui de toute manière a vocation pour être remplacé par un autre jeu-service, puis par un autre, puis un autre…) ouais ok. Mais pour les patchs, ça dépend pas des éditeurs ça. Ça dépend de Sony et Microsoft. Et j’ai quand même l’impression que si tu veux rejouer à un jeu sorti il y a 10 ans sur 360 ou PS3, tu trouveras toujours les patchs de dispo. Nonobstant (oui, je suis comme ça) le fait que les jeux sont rarement injouables à leur sortie. Au moins autant que… les jeux retro que tu affectionnes tant.

    Boooon puis faire un état du jeu vidéo actuel sans avoir regardé l’E3 et donc ce qui est prévu, c’est cho mec.

    Tu es un vieux con.

    Nah.

    1. Je n’ai pas regardé l’E3 dans le sens « comme chaque année » avec les conf en direct. J’ai tout de même pas mal vu de ce qui allait arriver ^^

      Mon exemple Google Trend c’est tout simplement une donnée accessible tout de suite qui permets de vérifier rapidement l’intérêt porté par un public. Ce n’est pas un exact reflet du retour du jeu mais en l’occurrence cela montre bien l’état dans lequel il est à un instant T. Comparer ces deux jeux au (très justement) hypé Overwatch c’est aussi ouvrir le débat sur « Ok, Overwatch va rester plus longtemps que ces deux jeux, mais dans 5-6 mois ils deviennent quoi ? »

      Les jeux services sont (pour l’instant) minoritaires sur le marché, mais toutes les grosses sorties empruntent à ce système. Regardes les patchs correctifs de jeux, regardes les ajouts de contenus de jeux solo… Énormément de jeux censés sortis « terminés », sont en fait sous beta déguisée. Ok sur l’instant ce n’est pas gênant, mais plus tard la prochaine génération héritera de produits périmés et non représentatifs de ce qu’ils étaient. Quand les serveurs de jeux seront fermés, que ce soit sur Xbox 360, PS3 ou autres, par définition les jeux ne recevront plus leurs correctifs. Sur la gén précédente ça peut encore aller, les patchs n’étaient pas bien violents. Maintenant on parle de mise à jour de 10Go (Merci FF XV, Horizon…) juste pour le day one. Super, le disque sert à quoi ?

Laisser un commentaire