• Accueil
  • /
  • Jouer
  • /
  • Critique – YS VIII Lacrimosa of Dana, YS est haut !
YS VIII LACRIMOSA OF DANA COVER

Critique – YS VIII Lacrimosa of Dana, YS est haut !

YS VIII Lacrimosa of Dana est un J-RPG sorti cet octobre 2017 dans l’hexagone. Il hérite d’un riche passé compte tenu que la licence de Falcom souffle cette année sa 30ème bougie ! Mais comment se fait-il qu’une série aussi vieille soit si peu connue chez nous ? La faute sans doute à un marketing famélique et un publique visé « de niche ». C’est ma vraie première incursion dans la série et je l’ai savourée de bout en bout. Je vous explique donc pourquoi YS VIII Lacrimosa of Dana est un bon jeu !

Les histoires étant rarement connectées entre les jeux, ce 8ème opus raconte de façon indépendante l’histoire du naufrage d’Adol Christin, héros de la série. Après une courte séquence à bord du Lombardie, vous vous réveillez sur l’île maudite de Serein. Votre but principal est de vous échapper de cette prison maritime, pour cela vous allez devoir secourir les autres rescapés de la traversée. Chaque personnage ayant sa spécialité, celle de Adol sera d’explorer l’île maudite pour trouver une façon de s’échapper, mais aussi d’autres survivants. Et comme si tout ça ne suffisait pas, notre héros fait des rêves étranges, ceux d’un passé lointain où il incarne une certaine Dana.

Ma critique en vidéo

La vallée de Dana

Vous ne lirez pas davantage de l’intrigue de YS VIII Lacrimosa of Dana sur mon blog. L’histoire étant suffisamment riche en rebondissements, ce serait bête de vous gâcher la surprise. Sachez tout de même que là dessus c’est assez bien foutu. En gros le but du jeu est posé en une petite heure : il faut vous échapper. Ce but « ultime » est alors découpé en plusieurs actes scénaristiques bien définis, donnant un but plus immédiat à l’histoire. L’idée est loin d’être bête et donne une double carotte au joueur, une plus accessible que l’autre.

Je pense que vous l’aurez deviné, le terrain de jeu de toute cette histoire est l’île de Serein elle-même. Adol est chargé aux côté de ses camarades de fortune de l’exploration du territoire hostile. Vos périples en dehors du « village des naufragés » vont permettre de récolter des ressources, trouver de nouveaux rescapés ou de nouvelles informations pour préparer votre évasion finale. Toute cette histoire tenue par le fameux mystère de vos rêves donne un cocktail accrocheur : mes 36 heures de jeux m’ont parues bien courtes !

Saupoudrées de compositions souvent cool (le thème de Dana) et quelque fois moins inspirées (le thème des boss), le côté musical de YS VIII : Lacrimosa of Dana fonctionne globalement bien. Le côté très « pep’s » et clair des compositions se mêlant particulièrement bien avec les couleurs flashy de la direction artistique. Côté graphismes, on est clairement en dessous de la norme d’aujourd’hui. Les animations sont assez limitées et les modèles 3D pas de première jeunesse. Cependant sur ma version PS Vita le résultat n’est pas laid du tout, bien au contraire. Dans tous les cas, sans trop me tromper je pense que l’on peut dire que le charme de la série YS ne réside pas dans un graphisme avant-gardiste.

YS VIII Lacrimosa of Dana boss battle

K.O.Lanta

Manette en main le constat est un peu plus nuancé : les combats sont cool et nerveux. On est à mi-chemin entre du Kingdom Hearts et ce qui se fait dans les Dynasty Warriors. Les attaques spéciales se déclenchent via des combinaisons de deux touches, et une attaque ultime est disponible moyennant une barre du même nom bien remplie. Est-ce que ça fait le job ? Bof. Sur toute ma run (en « normal ») je n’ai pris aucun Game Over, si vous êtes amateur de combats et de bonne stratégie, le jeu n’est clairement pas généreux en ce sens. Le résultat n’est pas frustrant, j’ai beau dire mais je me suis bien amusé avec. Un peu plus de subtilité et de nuance aurait été -à mon avis- beaucoup plus plaisant à jouer !

Du côté du level design, mettre l’exploration au centre de l’attention est assez malin. Certains passages sont bloqués à moins d’avoir X villageois pour vous aider à pousser un rocher, certains autres ne sont accessibles qu’une fois en possession de tel objet… YS VIII Lacrimosa of Dana est un RPG que l’on aime fouiller. Chaque nouvelle zone découverte saura récompenser le joueur dans sa quête du 100% et on se prend au jeu très facilement.

YS VIII Lacrimosa of Dana exploration

Du Lore mon seignÔr

YS VIII Lacrimosa of Dana est donc pour moi le premier jeu « fini » de la série YS, et c’est loin d’être le dernier ! La montée en complexité de l’histoire, associée à une structure plaisante et maligne m’a vraiment convaincu. Même si certains points sont en dessous de mes espérances (les combats notamment) je ne regrette absolument pas la longue promenade aux côtés des naufragés de Serein. Un titre à recommander avant tout aux fans de J-RPG qui sont habitués au genre.

Un supplément avec ça ?

Laisser un commentaire