• Accueil
  • /
  • Jouer
  • /
  • Critique – Tales of Vesperia, le J-RPG fait bien ses devoirs.
tales of vesperia

Critique – Tales of Vesperia, le J-RPG fait bien ses devoirs.

Critiqué pour produire des titres à une cadence folle, la saga « Tales of » offre parfois d’excellents titres, d’autres passables et quelques uns injouables. Je me suis lancé dans l’aventure Tales of Vesperia pour voir si il mérite -comme beaucoup le disent- le haut du panier de la licence ! Que retenir de ce RPG sorti uniquement chez nous sur Xbox 360 ? Eh bien que c’est un bon jeu, mais pas un truc de ouf !

L’aventure commence comme tous les Tales Of par une petite histoire servant à établir le « blabla technique » du jeu. J’entends par là que chaque opus crée pour les besoins de son histoire des tonnes de noms et de termes techniques. Ici il sera question d’Aer, de Blastia d’Entelexeia et j’en passe… Bon courage pour retenir dès le début qui est quoi ! Le joueur incarne Yuri Lowell, voyou au grand cœur quittant les bas quartiers de la capitale pour retrouver le voleur du Blastia de la fontaine (une sorte de catalyseur d’énergie). Durant son escapade il est rejoint par la princesse Estellise décidément déterminée à voir du pays ! BREF ! Je ne suis pas là non plus pour vous raconter mes 40h de jeu. Vous vous doutez bien que l’histoire de Tales of Vesperia s’étoffe au fur et à mesure de votre avancée dans l’aventure. Et cette histoire de fontaine en panne ne reste pas bien longtemps en fil rouge.

Tales of Vesperia decors

Beaucoup de jolie architecture dans cet opus !

Le J-RPG feel good …

Je ne sais pas pour vous, mais il y a quelque chose de rassurant quand je lance un Tales Of. Peut-être son application très scolaire du J-RPG, ses personnages caricaturaux (mais attachants) ou encore son système de combat accrocheur. Je pense que l’on peut partir 40 ans dans le futur que la saga n’aura toujours pas évolué d’un poil ! Un peu comme Final Fantasy je pense que l’on a tous son opus préféré. L’idée étant de savoir si Tales of Vesperia est une bonne itération de cette longue saga.

Côte gameplay, les combats sont sensiblement les mêmes que ce que l’on a déjà vu dans les autres épisodes. C’est plaisant à jouer et c’est dynamique. De ce fait les phases de farming sont moins barbantes. Il m’est même arrivé de rouler sur quelques boss tellement j’avais de combats à mon compteur ! Niveau équipement et personnalisation vous avez de quoi faire. Chaque ville et donjons sont (trop) généreusement fournis en armes et en protections. A tel point qu’il m’est régulièrement arrivé de ne pas avoir eu le temps de vérifier les stats de l’épée que j’avais chopée que j’en avais récupéré une encore plus pétée de bonus. Les armes sont d’autant plus importantes qu’elles permettent d’apprendre des compétences que vous devrez sélectionner dans un menu dédié. Un système d’apprentissage qui rappellera à juste titre ce qui a été fait sur Final Fantasy IX.

Tales of Vesperia Combats

Même l’écran surchargé, les combats sont bien lisibles.

… Mais pas si incroyable.

Globalement je ressors content de mon aventure, l’expérience est sympathique mais en aucun cas un souvenir mémorable. Pour être plus précis je trouve que l’aventure manque de plot twist pour tenir éveillé le joueur. En découle une fin prévisible (mais tout de même sympa) qui peine à récompenser l’effort fourni. Autre point à ranger dans la catégorie « c’est dommage » du jeu : les séquences animées. Habituellement la saga Tales of offre de superbes animations et remplacent parfois avantageusement les cinématiques en CGI des autres jeux. Dans Tales of Vesperia les séquences animées sont peu nombreuses et se concentrent plus sur les lieux que des personnages. Vraiment dommage de voir que certains moments forts n’ont pas été soulignés par cette tradition.

Pour conclure, j’ai vraiment préféré Tales of Graces f à Tales of Vesperia. Mais l’aventure de Yuri Lowell n’est pas non plus mauvaise, j’ai passé 40-50h plutôt cool, un RPG que je recommande si vous voulez jouer à quelque chose de classique et efficace ! A noter qu’il existe (uniquement au Japon) une version Playstation 3 bien plus complète avec un personnage supplémentaire, des quêtes en plus etc. Si vous vous sentez prêt à passer outre la barrière de la langue pourquoi pas !

Tales of Vesperia Fanart

Un supplément avec ça ?

2 Commentaires

  • Cloud

    23 janvier 2017à19 h 41 min

    Merci pour ton avis sur ce jeu 🙂

    Blue Dragon est très classique visiblement. Par contre j’ai fais Lost Odyssey et j’ai adoré ! Le jeu est très mature et aborde pas mal de thèmes, c’est cool ça change des jeux parfois un peu niais… Le système de combat est intéressant aussi 🙂 Bref je te le conseille chaudement en premier !

    Répondre
    • DilanNoKaze

      24 janvier 2017à10 h 32 min

      Merci de ton commentaire ! :p

      C’est vrai que à choisir Lost Odyssey me parle beaucoup plus que Blue Dragon ! C’est d’ailleurs même une des cinématiques d’intro qui ma longtemps donné envie d’acheter une 360. Une fois que j’aurai passé le cap des RPG qui sortent en fin Janvier je m’y mettrai. :p

      Répondre

Laisser un commentaire