• Accueil
  • /
  • Regarder
  • /
  • Critique – iBoy, Netflix ne déclare pas (hors) forfait !
iBoy Netflix Cover film

Critique – iBoy, Netflix ne déclare pas (hors) forfait !

iBoy est un film science-fiction de 1h30 produit par Netflix basé sur le livre du même nom de Kevin Brooks. Dans la tonne de (souvent très bons) contenus produits par le géant américain on ne dénombre qu’une vingtaine de films. Alors que leurs séries TV sont souvent au top, je me suis demandé ce que donnait leurs formats longs.

Vivant dans un quartier britannique dirigé par des gangs, Tom essaye de se faire le plus discret possible. Après l’école sa grande amie Lucy (Maisie Williams) lui demande si il peut l’aider à réviser. Passant la porte de l’appartement de la jeune fille, il découvre un groupe cagoulé la violant et filmant la scène. Tom s’enfuit en essayant d’appeler la police mais se fait arrêter d’une balle dans la tête. A son réveil une incroyable facilité scénaristique lui accorde le pouvoir de voir et contrôler les flux numériques l’entourant. Dégoûté de n’avoir rien fait pour Lucy il décide de mener la vengeance qu’elle aurait souhaité.

iBoy Maisie Williams

iBoy croque la pomme de la facilité

Il y a beaucoup à redire sur iBoy en bien comme en mal. Pour écrire cet article je me suis rendu compte que le film est tiré d’un roman, et ça se voit ! En fait beaucoup de thèmes sont amenés dans iBoy, mais ne sont pas tous traités avec la même égalité. Et là où un roman est sûrement plus détaillé sur la psychologie des personnages et leurs relations (hyper importante dans ce genre de drame), ici on a que une heure et demie pour tout caser ! Heureusement que la très bonne prestation de Maisie Williams arrive à donner pas mal de relief au film.

iBoy Netflix actor

J’ai globalement bien aimé iBoy, c’est loin d’être un chef d’oeuvre mais il garde éveillé constamment. La tension permanente et le sentiment d’insécurité est d’ailleurs une des plus grandes réussites du film, cette ambiance oppressante crée une empathie suffisante pour mieux cerner les personnages. A contrario là ou l’on pourrait attendre le film sur des sujets très glauques mais nécessaires on bifurque rapidement vers d’autres thématiques. iBoy décide un peu tout seul quand il sera question de parler d’éthique et de vengeance puis s’arrêtera alors que la réponse est à moitié donnée. Même chose pour l’aspect « super héro » construit et déconstruit en 10 minutes avant de passer à autre chose. Le plus grand ennemi du film c’est finalement son égarement.

Regarder iBoyEt abonnez vous, c'est cool Netflix !

Un supplément avec ça ?

Laisser un commentaire