Critique – Horizon Zero Dawn

horizon zero dawn cover art

Il existe un cycle de plus en plus pesant dans la distribution de jeux vidéo de gros calibre. De nos jours les productions AAA doivent vendre un maximum de copies dans un minimum de temps. Car la hype fait vendre, la création d’un sentiment d’effervescence par le biais d’un marketing bien huilé est nécessaire. Sorti le 28 Février dernier, la sortie de Horizon Zero Dawn est maintenant derrière nous. Ce test est donc une critique « post hype » qui a pour but de vous détailler si oui ou non le jeu de Guerilla Games mérite les notes qu’il a reçu.

Mrs Robot

Horizon Zero Dawn raconte ce qui ce serait passé une fois que notre civilisation actuelle se serait éteinte. Tuée par sa dernière création : une armée de robots intelligents. Plus de technologies et de gadgets, mais tout à réapprendre de zéro. Comment la prochaine génération d’humains évoluerait dans un monde dominé par des machines intelligentes qui sont autant de témoignages de notre arrogance passée. C’est dans ce monde sauvage et austère que nous incarnons Aloy. N’ayant ni père ni mère, la jeune rousse est considérée dès sa naissance comme une paria. C’est au cours d’une épreuve pour tenter de gagner la reconnaissance de son peuple qu’elle se rendra compte que son passé est bien plus dense qu’il n’y parait. Nous accompagnons donc la jeune femme dans sa quête de réponses dans son voyage.

Technologies primitives oblige, le jeu fait la part belle aux arcs et autres armes rustiques. Le feeling est bon et on ressent vraiment bien les impacts des flèches décochées. Les autres armes sont à mon sens un peu en retrait (lance câble, lance cordes) quand elles ne sont pas carrément inutiles (pièges). Certains éléments de gameplay sont vraiment bienvenus (le ralenti quand on tir à l’arc) et d’autres sont de bonnes idées sous exploitées (le piratage de machines par exemple).

Horizon Zero Dawn Aloy
Une héroïne comme on en aimerait plus souvent

Aux peines World

Bon là je suis énervé, Dilan il est pas super super content. Pourquoi ? Parce que dans la plus simple formulation du monde : l’open world de Horizon Zero Dawn m’a gavé. Il est très beau, très fourni en détails et assez vivant, ça y’a aucun de soucis. Mais à aucun moment de l’aventure j’ai eu envie de m’y perdre. Concrètement une fois que j’ai terminé une quête de l’aventure principale, l’open world est juste un grand vide servant à relier deux points d’intérêt. Alors oui dans cette étendue sauvage il y a pas mal de monstres de métal qui vous agressent pour un « oui » ou pour un « non ». Mais honnêtement à part vous laisser un butin bien généreux intérêt de les affronter est moindre.

J’en ai un peu ma claque de cette mode de l’open world. Faire un jeu en mode ouvert n’est pas automatiquement un gage de qualité et peut même s’avérer catastrophique ! Alors oui, dans Horizon Zero Dawn l’univers ouvert est justifié par le scénario. Le contexte de base « impose » de lui même un univers explorable. Mais ! Et là c’est ce qui m’a le plus dérangé dans tout le jeu : c’est que la plupart des quêtes scénarisées se passent dans des lieux clos en couloir. On avance en ligne droite de révélations en révélations, on dézingue quelques ennemis et le bout de la mission se conclue par un « Rends toi maintenant à [Village super loin] pour découvrir la vérité ! ». L’occasion une fois sur place de re-manger un passage enfermé dans un couloir. Je ne critique ni le fait de vouloir enfermer le joueur pour mieux canaliser l’expérience de jeu ou de vouloir proposer à contrario un immense open world. Le plus grand reproche que j’ai à faire à Horizon Zero Dawn c’est qu’il n’existe aucune cohérence entre ces deux éléments.

Au delà de l’aspect purement scénaristique, l’open world de Horizon Zero Dawn est une purge également dans son gameplay. Je ne calcule plus le nombre de fois que je suis décédé, tué par un croco de métal parce que mon personnage a décidé de passer du mode « marche » au mode « nage » juste en marchant dans un ruisseau. Ou encore les ennemis volant tellement vite et aléatoirement que vous vous les prenez sur la tronche au pif.

Un monde ouvert qui ne se donne même pas les moyens de faire tout ce qu’il pourrait : l’escalade des falaises étant limités aux éléments en jaune indiqués par le décor. Résultat : toutes mes morts dans Horizon Zero Dawn sont liées au gameplay et à ce monde mal foutu. Jamais pendant un Game Over je me suis dit « Ohlala bien joué, il va falloir que je révise ma stratégie ! ». Selon les dires de ma copine j’aurai plutôt crier « Mais putain de machine de merde qui te tue en un coup sans prévenir, il est où ton pattern ?! ».

Horizon Zero Dawn Chasse
Y’a pas à dire, graphiquement on est au dessus !

L’invasion d’héros beaux

Il faut bien reconnaître une chose à Horizon Zero Dawn, c’est qu’il est magnifique. Il y a une vraie finesse dans les détails du jeu qui flattent vraiment la rétine. Même si moins complet que le mode photo de The Order 1886, celui de Horizon Zero Dawn permets de capter ces petits instants vraiment magnifiques. Des graviers qui volent quand vous glissez sur le sol, la végétation très dense qui filtre le soleil … Il y a mille situations dans le jeu qui encouragent de presser « pause » pour sauvegarder l’instant. Et c’est à mon sens une vraie réussite de voir ça.

Petit bémol sur l’inégalité du doublage (proposé en français). Le casting « principal » du jeu passe plutôt bien, même si quelques soucis de synchronisation labiales se font ressentir. Là où le travail sur les voix aurait pu être plus poussé c’est justement dans les phases d’explorations. Si Aloy passe à côté d’un villageois cela déclenche un dialogue, si on part cueillir des fleurs un phrase va se déclencher… Et touts ces sons « d’habillages » sont d’une pauvreté… En gros à chaque fois que vous allez ramasser un truc vous aurez droit un une ligne de dialogue qui ne variera que très peu. Tout ce côté très scripté de Horizon Zero Dawn casse  l’immersion souhaité à la base.

Terra flop

Horizon Zero Dawn est une bonne idée servie dans un contenant oubliable. Le scénario du jeu étant le seul point fort m’ayant fait tenir 20h sur le jeu. Vous l’aurez compris : l’open world n’est clairement pas à la hauteur de ce qu’il aurait pu être. Je me souvient dans Skyrim quand on se perdait faire 20 quêtes secondaires qui valaient toutes une mini-aventure. Horizon Zero Dawn n’est pas un mauvais jeu, mais une fois la hype retombée que reste-il ? Une vraie bonne idée scénaristique et un visuel incroyable, servis dans un level design et un gameplay non adaptés.

Amateurs de bonnes histoires Horizon Zero Dawn est un bon jeu. Amoureux de libertés et d’explorations, je ne vous recommande pas forcément les aventures d’Aloy. Même si toutefois, prenez en compte que l’avis exprimé ici est 100% perso. Si vous avez l’occasion d’essayer le jeu pour pas trop cher je serai curieux de lire votre avis ici !

1 thought on “Critique – Horizon Zero Dawn

Laisser un commentaire