[Test] Tales of Graces F – Playstation 3

Si il existe une saga qui nous est distribuée au compte goutte en Europe c’est bien celle des Tales Of. Commencée en 1995, elle compte sur le sol Japonnais 20 titres, une quinzaine de spin off et 4 animé ! Pour le peu que nous en avons vu pauvres Français que nous sommes nous ne pouvons que témoigner de la bonne qualité des titres, il faut dire que le Tales of Symphonia s’est voulu comme le fer de lance de Nintendo en matière de RPG traditionnel, au point même de le proposer en bundle avec une Gamecube décorée pour l’occasion.

Les artworks sont très « Tales of », on aime ou on aime pas mais au moins on est dans le style !

Tales of Historia

Tales of Graces F est un portage de Tales of Graces sorti sur Wii au Japon, il a la particularité (outre des graphismes remaniés pour l’occasion) d’inclure un chapitre bonus racontant ce qui s’est passé 6 mois après la fin de l’aventure principale.

L’aventure principale justement parlons en ! On incarne Asbel, un jeune enfant d’une dizaine d’années qui va voir son destin bouleversé par une jeune amnésique – qu’il baptisera Sophie – et du prince de Windor venu en visite dans sa ville. Leur pacte d’amitié va amener bien des dilemmes une fois l’age adulte passé quand ils devront prendre de lourdes décisions pour le bien du monde.

On m’a toujours affirmé que la saga des Tales Of était bien inférieure en terme de narration que celle des Final Fantasy – avec un opus sorti par trimestre depuis 1995, c’est un peu normal – pourtant je ne me suis absolument pas ennuyé tout du long de mes 60 heures de jeu. L’histoire est assez bateau, mais finalement l’angle d’attaque est très bien choisis et les personnages ont une vraie personnalité ce qui rend la chose vraiment prenante. L’humour est également omniprésent, jamais lourd et faisant souvent mouche (ouais j’ai vraiment fait « haha » devant ma TV, ça change de certains jeux).

Les séquences Animé sont peu nombreuses mais font grave plaisir !

Tales of Putaincébonca

Le gameplay est assez simple, une touche pour les arts simples et une touche pour les arts cryas (attaque physique et magique en gros), la gestion des déplacements est simplifiée en combat, les esquives se font instinctivement et le menu en combat permet de revoir l’équipement et la stratégie de son équipe rapidement et de consommer certains items. Tales of Graces F est donc construit sur un gameplay simple, mais vraiment agréable à jouer, finalement se concentrer sur l’essentiel ne gâche pas le plaisir de jeu et je me suis autant amusé à mon premier qu’à mon 100ème combat.

Alors que la quête principale se concentre sur la problématique de l’amitié et la complexité des relations qu’entretiennent les personnages, le chapitre F lui traite de la mort et de la trace que nous laisseront sur terre. L’enrobage manga et coloré des Tales Of permettent toujours de prendre ces problèmes sérieux avec un peu plus de détachement, j’ai trouvé néanmoins qu’ils étaient habilement traités et renforcent non seulement la cohérence de l’univers, mais aussi le charisme des personnages. A noter que ce chapitre « bonus » octroie 10 heures de jeu supplémentaires, plus les quêtes secondaires qui vont avec, plutôt sympatoche !

Amis épileptiques les combats ne sont pas conseillés aux âmes sensibles aux effets pyrotechniques !

Tales of Solitudia

En parlant de charisme des personnages, il est d’habitude usage que dans les J-RPG chaque membre du groupe se retrouve confronté à une situation, permettant à nous joueur d’en connaitre d’avantage sur son passé/ses motivations et faisant avancer l’histoire mais aussi renforçant le sentiment d’appartenance dudit personnage au groupe. Or, certains membres de la troupe ont été un peu bâclés, je pense par exemple à Malik et Hubert qui méritaient vraiment quelques heures de plus…

Tales of Conclusionia

En résumé, Tales of Graces F est vraiment un très bon RPG, si vous possédez une PS3 vous serez heureux de compter un titre qui prétends facilement aux 60 heures de jeu. Même si comme dit plus haut certaines relations et certains personnages auraient mérités mieux le tout est vraiment très correcte et crée une aventure prenante, riche en contenus et très colorée pour vos yeux ! Le tout saupoudré occasionnellement de superbes cinématiques en animé, que demande le peuple ?!

@Xavierhenrybe : Il est aussi bon du début jusqu’à la fin ? Je viens de quitter Yu Liberté, et jusqu’ici, c’est du bonheur en boîte 😀

Ouaip, au niveau de l’action je dirait qu’elle est constante. Aucun passage trop ennuyeux, les donjons sont pas trop relous. Tu vas bien t’amuser !  🙂

@Conan3D : Est ce que ce jeu est un bon tales of? (même si ça existe pas un bon tales of)

Je serais curieux de savoir quel Tales of t’as déçu, car l’histoire de Symphonia était incroyablement riche en rebondissements, difficile de faire « mieux » pour l’époque.

Dans sa continuité, Graces F propose un contenu de qualité. On est d’accord qu’il est en dessous de la complexité d’un Final Fantasy mais ça reste cependant un excellent jeu. D’autant plus que des opus de la série de Square Enix ça sort pas tous les jours !

Et au niveau de l’OST ça va ?

Les compositions sont honnêtes, sans plus. Le thème d’opening est vraiment très sympa et met dans l’ambiance, d’ailleurs je trouve ça vraiment dommage que cette chanson ne soit pas sur l’OST de l’édition « day one ».

Les quêtes secondaires sont-elles nombreuses ?

Assez oui, si vous chassez les trophées vous découvrirez que quelques New Game + seront nécessaires à l’obtention des précieux. Une tonne de boss optionnels sont également inclus, en plus du mode « défi des graces » qui vous en fera sûrement baver !

Nintendo / Wii

5 thoughts on “[Test] Tales of Graces F – Playstation 3

  1. Pas encore fait ce Tales of. J’ai résisté à l’édition day one qui avait l’air bien belle mais qui doit encore prendre une place folle. J’espère réussir à le trouver à un prix raisonnable, vu que je ne me sens pas de le prendre à 40-50€.

    Les Tales of, c’est comme les Disgaea, j’en ai plusieurs qui m’attendent (que des vieux en fait, Destiny 1 et 2 sur PS et Phantasia sur GBA), mais mis à part le Destiny 1 où j’avais pas mal avancé, j’en ai encore fini aucun…

    Mais c’est vrai que lorsqu’on regarde les critiques sur le net, elles ne sont pas toujours très tendres avec les jeux de la série, sauf l’épisode GC qui revient encore et toujours, à croire que c’est le meilleur de la licence…

  2. Ah merci 🙂 Donc je vais m’éclater autant durant la suite de l’aventure. En général, dans les RPG, je fini rapidement par esquiver les combats, ultra redondants. Ici, je les fais avec plaisir. Les donjons ne sont pas trop longs, les combats sont prenants tout comme le système d’évolution. Concernant le scénario, ça a l’air classique jusqu’ici, mais très bien raconté, et le long prologue de l’enfance prend tout son sens. J’aime bien le héros un peu rejeté par tout le monde, et les relations tendues des personnages au retour à Lhant. Mention à Chéria et Hubert, Malik est un peu creux jusqu’ici, tout comme Pascale, même si on pressent en elle une mini-Rikku… Raaah, un bon JRPG… Symphonia était une belle claque (qu’en est-il de sa suite DotNW ?), celui-ci est une friandise 🙂

Laisser un commentaire