Critique – Xenoblade Chronicles X sur Wii U

C’est après mes quelques 84 heures de jeu que j’ouvre une page vierge de mon blog pour vous dire si Xenoblade Chronicles X mérite vos précieux euros. Ma critique risque d’être un peu confuse tant certains aspects nuls du jeu côtoient l’excellent, j’ai tout de même essayé dans ce billet d’être le plus précis possible pour ne pas vous sentir escroqué si vous décidez d’acheter le jeu ou non.

Je vais surement faire pas mal de redite avec ma Preview du jeu -qui était déjà assez costaud- sur ce qu’est Xenoblade Chronicles X, mais je vous assure qu’il faut bien ça pour comprendre le test ! Grosso modo, vous vous réveillez en 2050 au beau milieu de la nature d’une planète inconnue sans aucun souvenir de votre passé, niveau grosse cuite du samedi soir on a pas fait mieux depuis ! Vous êtes tiré de votre sommeil artificiel par Elma, une jeune femme appartenant à l’organisation BLADE qui vous apprends que la terre à été attaqué par des aliens et qu’ils ont détruit la planète bleue. Vous incarnez une poignée d’heureux élus écrasés en catastrophe sur Mira devant apprivoiser ce nouvel environnement quelque peu hostile, mais également retrouver « l’arche de vie », la partie du vaisseau censé contenir les survivants qui attendent endormis quelque part dans ce monde où les moustiques font la taille d’un cheval.

Les aventuriers de l’arche de vie perdue

La planète Mira est en tout point la plus grande réussite du jeu, à tel point qu’elle agit presque en tant que personnage principal. Vos premières excursions en dehors de la ville des humains (New Los Angeles) vous feront arpenter des décors tellement beaux, variés et gigantesques que c’est à ce moment là que vous comprendrez que l’intérêt du jeu se retrouve essentiellement ici. Alors que le premier Xenoblade réussissait le tour de force d’afficher un open world d’une diversité et d’une étendue incroyable (on rappelle que ça se passait sur Wii), Xenoblade Chronicles X réitère le pari en multipliant les possibilités aussi bien par la richesse des 5 zones explorables que par le rapport d’échelle que viennent altérer les Skell (les gros engins volants) au milieu du jeu.

Xenoblade Chronicles X monkey mob
Certains mobs tu passes à côté en criant « ME TAPEZ PAS PLZZZ! »

C’est malheureusement le gros point noir du jeu : jamais l’histoire de Xenoblade Chronicles X ne décollera réellement. Et même la traditionnelle fin du jeu riche en plot twist paraît tellement bancale tant la comparaison avec le premier Xenoblade est douloureuse. Ici le scénario ne restera qu’un prétexte pour explorer Mira et ne dépassera jamais vraiment ce rôle. Pire encore, la fin laisse finalement le peu de questions que vous aviez sur le scénario sans réponses !

Les « enjeux » du scénario sont simples et le but ultime est dévoilé directement durant les premières heures : retrouver l’arche de vie contenant les corps endormis de nombreux concitoyens. Jamais d’évolution, très peu de surprises, c’est une grosse ligne droite sans réelle saveur. L’avancement de cette intrigue évolue au fur et à mesure des missions, celles-ci se découpent en trois catégories distinctes :

  • Les missions « de base » signalées par des points d’interrogation rouge au dessus des personnages : ce sont des missions sans grand intérêt que l’expérience et les objets qu’elles rapportent. Ce sont soit des quêtes de récolte, soit des quêtes d’élimination de mobs plus ou moins costauds. L’avantage c’est que vous passez tellement de temps à explorer les alentours du monde que vous avez très souvent avec vous les pré requis pour valider ces quêtes.
  • Les missions d’entente : ce sont des missions un peu plus « scénarisées » (dès qu’on parle d’histoire dans ce jeu, mieux vaux mettre des guillemets) qui feront intervenir plusieurs personnages de New Los Angeles. Même si les enjeux sont un peu plus élevés ça ne vole souvent pas bien haut. Certaines missions d’entente servent de prérequis pour lancer les missions principales.
  • Les missions principales : vous les trouverez à votre QG, ce sont tout bêtement les missions qui font avancer l’histoire. Rien d’extraordinaire, quelques unes sont chouettes, de toute façon ce que vous voulez réellement dans le jeu c’est le Skell, le plein d’essence et ciao !
Xenoblade Chronicles X Oblivia
Les panoramas d’Oblivia sont vraiment cool aussi !

Y’a pas qu’les Arts

Complexe ne veux pas forcément dire riche et varié, et ça les combats de Xenoblade Chronicles X en sont le parfait exemple. Non pas parce que les affrontements sont particulièrement compliqués (sur la quête principale j’ai perdu 3-4 fois à tout casser), mais bien car leur préparation se font dès les menus du jeu qui sont d’une lourdeur infinie. Tel un F2P coréen mal réglé, certaines interfaces de Xenoblade Chronicles X sont cachées dans des sous-sous menus. Je sais que j’ai zappé du contenu, la seule question c’est « a côté de combien de choses je suis passé car elles étaient planquées ? ». Pour vous rendre compte de ma détresse j’ai même dû consulter le manuel en ligne pour m’en sortir, c’est dire !

Toujours dans ces fameux menus vous allez avoir accès à la gestion de votre équipement, de vos Arts (vos attaques), vos talents et milles autres choses. Alors que ces interfaces auraient pu être une partie aussi « amusante » qu’une préparation de chasse dans Monster Hunter j’ai opté pour un « équipement automatique » pour m’épargner une encyclopédie de statistique à chaque fois que je veux changer de casque.

Hormis ces quelques lourdeurs, Xenoblade Chronicles X se joue comme son grand frère sur Wii : les attaques de base se font automatiquement et vous pouvez déclencher vos Arts quand vous le souhaitez, chacun d’entre eux nécessitant un temps de cooldown plus ou moins important. Bon comme je suis pas là pour vous vendre le jeu je ne vous cache pas que même lors des affrontements je n’ai pas tout capté : Pourquoi de temps à autres la vue en Skell passe de la 3ème à la 1ère personne ? A quoi sert le Metamode ? A quoi sert la ligne de statistique « Potentiel » ?Je n’en ai aucune foutue idée !

Mega-mob et MegazordSkells Xenoblade Chronicles X

La vraie bonne idée du jeu c’est de jouer avec les rapports d’échelle. C’est simple vous commencez l’aventure en vous baladant dans Primordia (1ère zone du jeu) et dès les premières heures vous vous rendez compte que le monde n’est pas du tout à votre taille : faune locale démesurée, lieux inaccessibles et créatures surpuissantes sont autant d’éléments qui vous feront faire de longs détours pour éviter une mort inutile et de précieuses heures de jeu.

Et un beau jour, alors que vous terminez une mission principale on vous dit que vous pouvez passer votre permis Skell et ainsi explorer Mira à bord d’un mecha plutôt balèze. Inversant alors totalement le rapport d’échelle du jeu et vous donnant accès à un nouveau point de vue sur vos quelques 40 premières heures. Personnellement j’ai du passer 5 à 6 heures de flânage complet à me dire « Ah et du coup maintenant que je peux aller là bas y’a quoi en fait ».

Pacific Rimes

La musique et le chara-design du jeu ont le mérite d’être sur le même niveau dans le sens où ce sont deux aspects qui sont traités avec la même inégalité. De là on en tire du bon (pour la musique je peux vous citer le thème des Skell ou celui de Primordia) et du mauvais (CF la tête par défaut de votre avatar). Même si l’on s’y habitue comme l’on s’habitue à un bain trop chaud le sentiment une fois le jeu terminé est que ça aurait pu franchement être meilleur.

Xenoblade Chronicles X Tatsu
Tatsu, Oscar du meilleur second rôle.

En gros

Xenoblade Chronicles X n’est clairement pas un jeu à prendre pour son histoire, c’est triste à dire quand on le compare à son excellent aîné sur Wii. Il n’en reste pas moins dénué d’intérêt, j’en veux pour preuve mes quelques 80 heures de jeu qui prouvent que même avec un chara design douteux, une histoire bancale et des combats pas forcément passionnants on peut avoir une excellente surprise. Xenoblade Chronicles X ne sera pas mon jeu préféré mais ça aura été une excellente ballade !

Acheter le jeu

au moins il a une bonne histoire

1 thought on “Critique – Xenoblade Chronicles X sur Wii U

  1. Mais si, mais si, c’est le jeu de l’année ! +100h au compteur, et j’ai vérifié, rien que sur les 8 derniers jours, j’ai passé quasi 30h dessus ! Je doute qu’un autre jeu en 2016 me scotche autant à la console (mais qu’on me prouve que j’ai tord, hein, je ne demande rien de mieux). Sinon, bien d’accord dans l’ensemble, et si j’ai la motiv, je ferai un texte aussi pour mon site.
    Niveau histoire, j’ai quand même bien accroché aux 3 derniers chapitres, les combats sont prenants, mais on est à des années lumières des autres Xeno (même s’il y a des tonnes d’éléments qui rappellent Xenosaga… sans malheureusement être des liens directs)

Laisser un commentaire