Tous les articles par DilanNoKaze

burger quest cover

Burger Quest S03E03 – Ki-oon, voyager pratique et Super Smash

Oh… vous commencez à être habitués, on commence à connaître vos petites habitudes par ici. Ce sera donc une double dose de Burger Quest pour la table 12 ! N’hésitez pas à enlever vos manteaux, car vous allez partir pour plus de 2h de dégustation en notre aimable compagnie !

cover burger quest copy

Toujours présenté par moi même, Alexis Lemée, Harebourg et Pimy, nous espérons que ce podcast saura satisfaire votre appétit toujours plus grand.

Ki-oon, voyager pratique et Super Smash

  • Le tour de table
  •  Alexis Lemée : Please be gentle Alexis-Senpai // Ki-oon, l’éditeur de l’amour – 00:25:30
  •  Harebourg : Dans ton Le Internet // Rome2rio.com- 00:52:00
  • DilanNoKaze : Joystick Quest // Super Smash et Nintendo – 01:05:00
  • Pimy : Le petit e-quizz – 01:39:00

Ecoute Podcast Burger Quest

Et comme d’hab on reste à l’écoute de vos critiques, tant soit peu qu’elles restent constructives bien entendu. On espère que vous êtes rassasiés et on est désolés par avance du petit retard de la diffusion de l’épisode, mais rassurez-vous il est encore chaud !

Vous pouvez toujours télécharger le podcast en enregistrant sous ce lien ou vous abonner sur iTunes pour une livraison à domicile !

tkt bb

Play
oklm avec dilan

Un drop et j’en ai marre

Ce billet est écrit avec un seul objectif : râler sur les gens qui râlent. Dès la première phrase vous noterez donc le manque de logique totale dans ce blog tout pourrav’ qu’est DilanNoKaze. Mais laissez moi une chance de vous expliquer le pourquoi du comment et ma démarche dans l’écriture de ce pavé qui risque de s’éterniser encore pendant des lignes et des lignes.

Le constat de base

Dans le milieu du jeu vidéo on se plaint souvent -à raisons- d’un certain manque de maturité du marché, né avec la NES et de son approche « jouet électronique » et du divertissement. Sans le vouloir, les joueurs ont créé une culture de la supériorité en dénonçant petit à petit des jeux, des supports, des types de joueurs et des façons de jouer. Alors que vous étiez tranquilles à jouer à votre Call Of Duty 4 sur PS3 on est venu vous dire que c’était un mauvais jeu et que franchement vous ne faites pas d’effort, puis quelques jours plus tard on est venu vous dire que la meilleure version est sur PC et que vous êtes surement très con de ne pas vouloir en profiter de façon optimale.

«En résumé vous vous amusiez mal.»

coucou je sais pas quoi mettre comme photo un drop dans la mare
coucou je sais pas quoi mettre comme photo

Peut être en réponse à cela il faut proposer une alternative, ne pas rester dans ces comparaisons dignes de mes meilleurs jours de CM2. Il est extrêmement important dans tout type de divertissement culturel de proposer des réflexions plus poussées que cet argumentaire bas du front et d’élever un peu plus haut le débat et de faire accepter le média en tant que forme d’art plus évoluée. D’autant plus que contrairement à la littérature, le cinéma et la musique notre loisir est étiqueté d’un « jeu » que l’on retrouve dans l’appellation « jeu vidéo », le besoin d’évoluer est d’autant plus nécessaire donc.

News Challengers !

challengers

Sont alors apparus des émissions, blogs, critiques dits « alternatifs ». Alternatifs dans leur façon de construire le débat, de l’argumenter et de nous le présenter. Parmi ces nouveaux concepts on notera alors les excellents Un Drop Dans La Mare et MrPlouf. Ces deux producteurs de contenus sont assez représentatifs de la question que je vais évoquer plus tard, je pourrais également rajouter à cela quelques autres noms un peu moins représentatifs de ma pensée mais tout aussi pertinents : Usul sur JVC, Le MaSque etc… Que l’on soit bien d’accord avant d’aller plus loin, ces auteurs et leurs contenus respectifs sont excellents et souvent bien documentés et argumentés, on prend plaisir à se voir résumer une problématique épineuse en quelques minutes et avoir suffisamment d’outils et d’appuis nécessaires pour justifier les arguments avancés.

Ce que je trouve en réalité assez triste, c’est cette tendance à faire commerce de la je dénonce attitude© à tout va, qui en devient quelques fois presque auto-dérisoire. Je ne critique en aucun cas le contenu de façon individuel, chaque production est souvent bien construite et bien argumentée. Ce que je dénonce avec ce billet c’est l’ensemble des productions de ce type qui tendent à se parodier les unes les autres tant elles sont redondantes. J’ai ces derniers temps comme une espèce de saturation de ce contenu négatif dénonciateur que je sais que je vais retrouver à CHAQUE PRODUCTION. C’est super de vraiment bosser ses sujets comme le font ces personnes, mais c’est quand même ultra dommage de n’appuyer que sur le coté négatif et les travers de l’industrie ou des produits.

lightning returns
J’ai personnellement plus tendance à parler de ce que j’aime plutôt que l’inverse

Une évolution possible.

Que manque-il actuellement sur internet ? Du contenu qui relativise certains constats. Il est souvent facile d’écrire une vidéo sur Call-Of-Duty-Pompe-A-Fric-Pas-Gentille mais il est plus complexe de ne pas partir sur ces sujets qui systématiquement enfoncent des portes ouvertes, pourquoi ne pas proposer des contenus sur ledit Call of en expliquant ce que ce jeu à changé à lui seul dans l’industrie ? D’ailleurs à y réfléchir je n’ai pas fait cet article pour y caser ces liens mais je me rends compte que j’ai plus ou moins toujours essayé sur Youtube de proposer ce type de contenu qui contre-argumente ces débats, comme par exemple ma vidéo sur les mauvais cotés de Super Smash, mon argumentaire qui encense la PS Vita ou encore celui qui explique que Alien Colonial Marines ne méritait pas ce bashing gratos. Je ne prétends absolument pas que mes contenus sont parfaits, ils sont surement à des années lumières de la qualité des youtubers que j’accuse. Mais ils ont le mérite de diversifier ma vision des choses et de ne pas faire croire que je n’aime rien dans un média dans lequel je m’investis.

Encore une fois je préfère me répéter pendant un paragraphe plutôt que le propos ne soit pas compris, j’adore vraiment le style et la profondeur d’écriture et de recherche de ces producteurs de contenu. Ce qui m’a vraiment poussé à quitter petit à petit ces auteurs, c’est vraiment la sensation que dès que je lance une vidéo je vais forcément tomber sur un contenu toujours dénonciateur et quelque fois redondant, au final j’ai presque juste besoin de lire le titre de la vidéo pour en connaître le propos.

Râleception

Je suis donc un peu las de cette tendance à critiquer notre média jusqu’à la moelle sans jamais proposer autre chose que des critiques et des études négatives. La dernière vidéo d’Un Drop « lettre à Microsoft » tentant d’expliquer pourquoi le géant ‘ricain n’exploite jamais ses concepts à 100% et vend du rêve sans jamais rien montrer de concret prouve un petit peu ce que j’avance et synthétise bien ce que je trouve dommage ces derniers temps. Sur ce, si vous me cherchez je suis probablement en train de camper sur Super Smash !

matez la chanie dnkal a la place

en tete burger quest

Burger Quest S03E02 – Japon, débrouille et jeux moches

Toujours avec la contrainte de devoir trouver un titre original à chaque épisode et de me faire engueuler dans la foulée par Alexis pour ne pas m’être cassé la tête, me voici chargé de l’immense honneur de vous présenter en vi aille pie le nouvel épisode du très chouette podcast Burger Quest. Toujours présenté par les stars mondiales d’Internet que nous sommes, nous gardons la formule qui vous avait visiblement bien plu dans l’épisode 1 de cette 3ème saison passée dans vos oreilles.

Burger Quest

Toujours présenté par moi même, Alexis Lemée, Harebourg et Pimy, nous espérons que ce podcast saura satisfaire votre appétit toujours plus grand.

Japon, débrouille et jeux moches

  • Le tour de table
  •  Alexis Lemée : Please be gentle Alexis-Senpai // L’identité du jeu vidéo Japonais – 00:15:30
  •  Harebourg : Dans ton Le Internet // Instructables – 00:51:00
  • DilanNoKaze : Joystick Quest // Graphisme et jeux vidéo – 01:13:00
  • Pimy : Le petit e-quizz – 01:53:00

Ecoute Podcast Burger Quest

Et comme d’hab on reste à l’écoute de vos critiques, tant soit peu qu’elles restent constructives bien entendu. On espère que vous êtes rassasiés et on est désolés par avance du petit retard de la diffusion de l’épisode, mais rassurez-vous il est encore chaud !

Vous pouvez toujours télécharger le podcast en enregistrant sous ce lien ou vous abonner sur iTunes pour une livraison à domicile !

te peter les guiboles

Play
japan expo sud cover

Japan Escroc Sud – le JDG, ce héros de Mangas

Saviez-vous que le Joueur du Grenier était une personnalité on ne peut plus représentative du Japon ? Qu’au pays du soleil levant on voue un culte à la série Toulonnaise Noob ? Que la culture du comics y est on ne peut plus ancrée ? Ou encore que Millenium TV est particulièrement bien implanté là bas ? Ces facts vous étonnent ? Ce n’est qu’un début !

Quoi de plus logique quand on paye 15€ la journée pour se rendre à la Japan Expo Sud de s’attendre à avoir une EXPOSITION de la culture JAPONAISE ? C’est presque un minimum syndical que de proposer ces deux prérequis pour prétendre faire quelque chose de correct. Cela fait je crois 4 ans que je n’avais pas remis les pieds à la Japan Expo Sud, la première fois j’y étais allé en toute candeur (c’était d’ailleurs les débuts de mon blog, émotions) et même si j’ai vite fait le tour des stands j’y ai passé une journée sympa. Rien d’inoubliable, mais un bon souvenir. Quatre années plus tard je repasse les portes du parc Chanot où est hébergée encore cette fois la Japan Expo Sud et la première demi-heure de ballade me laisse un gout étrange, le sentiment que rien n’avait été démonté au bout de 4 années, tout était quasiment à la même place : le stand qui vend des tasses où seul le mot « GEEK » semble justifier les 15€ demandés, le stand vendant des katanas à dix balles qui font fureur, celui qui vend des figurines à pas cher du tout et que en regardant de plus près tu te dis que la douane est bien laxiste etc… BREF ! Rien n’a changé !

Japan Expo Sud tasses
Coucou, je vends des tasses faites chez Vistaprint

Tout ça pour en venir où ? Ah oui ! JE SUIS CHOQUÉ ! Mais genre vraiment, avec les yeux comme ça -> o_o. La raison est simple, hormis les redites inévitables de stands qui se ressemblent toujours plus ou moins, le focus (et ce qui attire le plus de monde) à la Japan Expo n’est pas Japonais. J’ai été dépité de voir une foule que même mon appartement ne pourrait contenir attendre bruyamment et impatiemment pour espérer apercevoir Le Joueur Du Grenier (vous savez le mec qui n’a pas fait une vidéo rigolote depuis deux ans) ou encore de constater la taille aberrante du stand de Millenium TV, web TV française venant à Japan Expo Sud pour streamer du League of Legends (un jeu Americain donc). Au moins un point qui sauve la Japan Expo ce sont les cosplays, certains sont moyens, d’autres sont incroyables, et tout le monde est content de croiser son personnage préféré au détour d’une allée. « À quel heure commence la scène Cosplay le samedi ? » « Ah non le Samedi la scène cosplay est remplacée par la projection du film Noob ! » … Japan Expo Sud tu es excessivement vilaine…

Japan Expo Sud Coffrets dvd
Sinon ce stand revient souvent en conventions et les prix sont toujours cool

Dans l’absolu les gens s’amusent bien à la Japan Expo, on voit largement plus de sourires sur les visages qu’autre chose, ce qui est vraiment loupé c’est la désignation de la chose. Non la Japan Expo n’est en rien une représentation de la culture Japonaise en France, c’est juste un mesclun de la culture Internet de première zone à 15€ la journée. Quand je commande un plateau de Sushis chez mon traiteur je veux des Sushis et puis basta, c’est hors de question que l’on me rajoute une assiette de frites en supplément. Pour la Japan Expo c’est pareil, il est hors de question que je goutte à autre chose, même si c’est bon !

Japan Expo Sud mangas yaoi
Le stand mettant essentiellement en avant des relations amoureuses passionnées entre messieurs

Bref, Japan Expo je n’y ai pas vraiment trouvé mon compte et j’en ai fait le tour en quelques heures seulement.

Allez pour enchaîner je vais raconter plus en détails la journée passée là bas, vous en rêviez voici donc la DilanNoJournée :

9h30 : Les portes de Japan Expo Sud s’ouvrent, la queue pour rentrer est longue [insérer comparaison sexuelle salace ici], on rentre assez rapidement.

9h45 : Je passe les portes d’entrée du Parc Chanot, on est face à l’imposante scène montée par Nintendo. Le petit fanion « Xenoblade Chronicles 3D » me force à m’attarder un peu là bas. « Ah oui c’est vrai y’a un tournoi Super Smash aussi ! » sur les conseils de Pimy je m’y inscrit. Surprise lors de l’inscription : les qualificatifs sont uniquement sur 3DS (vous savez, la sous-version du jeu). Dans la file d’attente pour jouer je m’entraîne donc sur ma console avec deux autres mecs dont un qui ne peut s’empêcher de me hurler le nom de ses attaques à chaque prise… Gros malaise.

10h30 : On peut lancer les poules, forcément je suis moins bon sur 3DS. Je me contenterai de Shulk à la place de Zelda pour plus de confort. Les règles du jeu se précisent : 4 joueurs par combat (wut ?), objets autorisés (double wut ?), mode de jeu réglé sur temps avec 5 minutes (triple wut ?). Autant dire que l’ergonomie de la 3DS n’était déjà pas de mon coté, je tombe en plus face au mec qui hurle le nom de ses attaques pour jouer. Je perds 5 minutes plus tard.

11h00 : Allez on fait un peu autre chose, Nintendo c’est sympa mais Super Smash m’a bien pris la tête. Un petit tour de la Japan Expo Sud donc ! Figurines, figurines, goodies, mangas, mangas, contrefaçons, katanas … Quand soudain je suis alerté par ma vision BULLSHIT !

japan-expo-jeux-video-vintage
BULLSHIT INTENSIFIES !!!!

A la vue de ce panneau il peu se passer beaucoup de choses. La curiosité s’empare de moi, je veux voir les étiquettes de prix sur le stand… Mon corps se dirige tout seul vers ce qui s’avérera plus tard une scène de crime.

Si vous n’arrivez pas à lire les prix sur les photos (vous pouvez cliquer dessus pour agrandir) je vous résume en deux trois mots la chose : les Gameboy en loose à 40€ minimum (y’en avait une un poil spécial à 120€), des prix à trois chiffres pour les jeux SNES et des cartouches seules avec une cotation probablement proche du prix de l’or. Le pire ? Ce n’était même pas le stand le plus cher…

11h20 : Petit tour de la convention, on passe au second bâtiment de la Japan Expo Sud. Quand soudain : un stand vraiment cool !

J’ai pas spécialement retenu le nom de la boutique, mais en gros le tenancier de l’étal ne parlait pas français du tout et possédait sur la moitié de son stand un choix conséquent d’artbooks ET des prix vraiment cool ! Je vous renvoie sur le blog de Pimy pour découvrir ce que la coupine à acheté. L’autre moitié du stand était consacré à la bouffe Japonaise, j’ai pris quelques petits trucs pour tester plus tard pour mon blog bouffe Cheese Bloggers, et vraiment le tout à des tarifs pas super excessifs pour une convention de ce gabarit.

Ensuite ? On est partis se poser contre un mur pour manger des sandwichs préparés la veille pour éviter de devoir débourser un SMIC pour manger un jambon beurre, on a glandé tout le reste de l’après midi en attendant de récupérer une dédicace pour Tsubasa.

Japan Expo Sud Jojo figurine
Une photo qui pète le Swag :3

On a bien rigolé tout au long de cette Japan Expo Sud, peut être pas dans le sens voulu par la convention, mais tant pis. Je peux tout a fait concevoir que la génération Adulescente se régale dans ce type d’événement qui gratte la couche la plus superficielle de la culture Internet sous couvert d’une labellisation « Japan » comme pour certifier la chose.

En Tete hotline miami 2 collector

L’édition collector de Hotline Miami 2 : Wrong Number est là !

C’est ce 10 Mars 2015 que Hotline Miami 2 : Wrong Number pointe enfin le bout de ses pixels, et comme je suis bête j’ai non seulement décidé d’attendre quelques jours de plus avant de pouvoir profiter du jeu mais j’avais aussi sciemment payé presque dix fois sa valeur pour espérer posséder un petit monceau de carton à l’image du jeu. Je suis stupide direz-vous et je ne vous donne pas tout a fait tord…

Mais bon, l’histoire d’amour qui me lie à la série de Devolver est presque aussi forte (un peu moins tout de même) que celui que je porte à The Binding of Isaac. Mais aujourd’hui je ne vous parlerai pas du jeu, pas de gameplay et encore moins de graphisme. Aujourd’hui ça cause vinyle !

Reçue donc quelques jours après la sortie officielle du jeu, l’édition collector de Hotline Miami 2 : Wrong Number est composée à 99% de vinyles bien flashy et de 1% de code de jeu à gratter, histoire de ne pas avoir dépensé 80€ pour racheter le jeu derrière. L’édition collector était vendue à la base 60$ mais le prix du transport est extrêmement élevé et a rajouté pas mal à la facture. Bien entendu je vous éviterai soigneusement la mention de 20€ de douane mangés à l’arrivée, forcément quand la facture de votre objet est bien mise en évidence sur le carton ça n’aide pas à passer discretos à la police des frontières.

L’édition collector de Hotline Miami 2 : Wrong Number est de super qualité, avant de découvrir les vinyles en eux même on découvre avec délice le pack superbement illustré : couleurs flashy, vernis sélectif, fourreau bien rigide… Pas de doute ça vaux son pesant de cacahuètes (j’aurais bien aimé payer dans cette monnaie d’ailleurs). Le code de téléchargement du jeu est présenté sur une simili carte téléphonique à gratter, histoire de ne pas proposer un code bêtement frappé au dos de chaque collector, l’idée est chouette.

Ambiance retro oblige, les galettes de Hotline Miami 2 Wrong Number pêtent la rétine comme ma superbe BO de Drive que j’ai présenté il y a quelques mois. Chaque vinyles possèdent de 4 à 5 titres par faces pour un total de 28 titres piqués chez divers artistes (Carpenter Brut, Perturbator, Mega Drive…). QUE DU BON POUR LES OREILLES ! Et pour vous éviter de dépenser autant que moi, vous pouvez choper pour pas un rond la musique sur Youtube, je considère néanmoins mes vinyles comme la « superior version » de la bande originale (oui, je crois bien que je cherche à me justifier).

Beaucoup plus diversifiée dans ses choix, la BO de Hotline Miami 2 : Wrong Number est en tout cas une excellente surprise, je regrette peut être un chouille l’absence de thème vraiment fort dans l’OST comme pouvait l’être Miami Disco de l’OST précédente par exemple, mais peut être que mes sessions de jeu permettront de mieux hiérarchiser quel morceau de l’OST donne le mieux le ton au jeu.

Hotline-Miami-2-Wrong-Number-Gif-collector

Je ne sais pas si je publierai un test ou quoi que ce soit d’autre sur Hotline Miami 2 : Wrong Number, beaucoup de sites se chargent déjà de faire un meilleur travail que moi. A la limite un Vlog si le temps à ma disposition me le permets, étant donné que ce jeu divise pas mal la communauté je suis curieux de voir de quel coté je vais me ranger.