Alien Isolation te mets grave les miquettes.

Très attendu par tous les fans de la franchise Alien, Alien Isolation (disponible sur quasi tous les supports) se pose comme le digne héritier de l’esprit de Ridley Scott en proposant un contexte inquiétant mettant en scène une seule et unique créature. Pour ma part je suis assez hypé par ce concept qui présente en plus un personnage non exploité de l’univers, la fille d’Ellen Ripley : Amanda Ripley.

Les premières minutes de jeu sont vraiment effrayantes et pleines de tension, de plus une mission spéciale est incluse pour les joueurs Xbox 360. Intitulée « mise à jour du système et installation du jeu via un disque entier dédié », ce préambule à l’univers angoissant se prête particulièrement bien au sentiment de frustration qui vous accompagnera tout le long de l’aventure, comptez une bonne demi-heure de non-jeu pour commencer donc. J’attaque le vrai jeu (oui c’était une blague, hein), et l’on me propose d’aller chercher la boîte noire du Nostromo stockée sur Sevatsopol pour en apprendre davantage sur ce qu’il est arrivé à Ellen Ripley. Ni une ni deux (et de toute façon c’est scripté) je me lance dans l’aventure avec pour seuls compagnons une avocate qui a peur du noir et un mec avec autant de causette que Ryan Gosling… Autant dire que c’est pas gagné.

Alien Isolation technologie
L’usage de la techno rétro-futuriste fait plaisir

Même pas encore débarqué dans la station que notre petit comité est soufflé dans l’espace par une explosion (oui, une explosion dans l’espace, mais bon on est pas des scientifiques après tout). Je m’en sort de justesse avec le souffle de la déflagration qui m’amène aux portes de la station sans nouvelles de mes coéquipiers. Mais une chose bien plus grave semble se produire : la station paraît être à l’abandon : le peu de personnes que je croise veulent ma peau, je dois me cacher dans les placards et fouiller les tiroirs pour me bricoler quelques petites choses pour survivre. J’ai tout de même réussi à passer un deal avec un mec (peu recommandable au premier abord) : si il me montre où est la station de communications et que je parviens à contacter l’appareil qui m’a foutu dans ce merdier il gagne une place à bord de mon vaisseau.

Le deal passé nous arpentons les couloirs sombres de la station, l’homme me parle alors d’une sorte de tueur dans le vaisseau qui aurait semé la panique et qui a causé le déclin de Sevastopol. Toujours à l’affût du moindre grincement, nous arrivons a quelques embranchements du poste de communication. Un bruit retentit non loin de nous, peut être des fugitifs ? C’est alors que l’immense queue tranchante d’un Xenomorphe pourfend mon camarade de fortune, me laissant terrorisé, seul et perdu dans la station. C’est ma première rencontre avec cette créature qui depuis hante les conduits d’aérations et les couloirs de la station, me rappelant sa présence à chaque petit « bip » de mon radar de mouvements. Pas de doutes, l’ambiance est posée…

Partant du constat qu’il n’existe vraisemblablement que deux ambiances possibles pour l’univers d’Alien (celle du premier et celle du second film), Alien Isolation nous enferme donc dans la station spatiale Sevastopol. Amanda Ripley est à la recherche de réponses sur l’incident survenu a bord du Nostromo.

Alien Isolation Xenomprphe
Voir ça au détour d’un couloir je peux vous dire que ça fout grave les miquettes !

Ma première séance de jeu est sans appel : Alien Isolation sera un bon jeu. Tant par son ton très très influencé par BioShock et son traitement de l’utopie décadente (qui colle parfaitement à l’univers Alien) que par son gameplay réaliste et inventif. Plein de bonnes idées sont regroupées et transforment la manette en véritable trousse à outils. Ainsi l’inertie d’Amanda vous donnera une sensation de marche vraiment réaliste et pesante selon les situations, et en fonction du contexte les gâchettes de la manette vous servent soit à retenir votre souffle soit à focaliser votre attention sur l’avant ou l’arrière plan. Ajoutez à cela une découverte des mécaniques de jeu intuitive sans un tutoriel relou et vous obtenez un jeu vraiment chouette, avec un sentiment de progression bien réel mais jamais frustrant.

Bien entendu après avoir passé quelques heures de jeu j’en découvre aussi les défauts qui même si ils sont peu présents sont tout de même notables : notamment sur l’IA des ennemis (Xenomorphe compris) un poil aléatoire, la détection de votre présence prends toujours un peu de temps : vous faisant quelques fois paniquer pour rien et vous mettant bien comme il faut dans la mouise. Niveau graphisme « purs » je ne sais pas trop, je crois que pour ma Xbox 360 Alien Isolation est assez beau, ce qui fait avant tout le charme du jeu c’est sa direction artistique qui rends le tout vraiment immersif. En nombre de polygones affichés je sais pas trop quoi vous dire, mais niveau ambiance et direction artistique c’est vraiment chouette !

Alien Isolation artworkAu niveau des bonnes idées, j’aimerais souligner les petites attentions faites au design global du jeu. Alien Isolation réutilise au maximum les matériaux crées par Ridley Scott : technologie rétro-futuriste, bruitages très travaillés et ambiance sonore pesante. L’équipe de développement de Alien Isolation a même poussé le vice en encodant des séquences cinématiques sur des vieilles K7 pour en altérer la bande afin de créer un effet vieillit du plus bel effet. L’aventure d’Amanda Ripley s’intègre on ne peut mieux dans d’univers amorcé dans les films !

Alien Isolation est par contre rafraîchissant sur un point : il est réellement difficile ! Chaque situation nécessite vraiment une réflexion du joueur sous peine de finir en œuf de Xeno ou en défouloir à Lambda. Chaque cachette, chaque objet et chaque itinéraire doit être minutieusement pris en considération pour éventuellement vous en sortir sans clamser.

Je suis pour le moment agréablement surpris par ce que me propose le jeu de SEGA, j’ai encore pas mal de séances de jeu à faire avant de pouvoir voir les crédits de fin d’Alien Isolation. Je relance toujours le jeu avec autant de plaisir et de curiosité et c’est plutôt bon signe ! Mon avis n’est en rien définitif, mais je peux vous dire que c’est de la bonne came et que si vous cherchez un jeu bien difficile avec une ambiance chouchoutée Alien Isolation est fait pour vous !

de l'isio 4 comme dirais chase

1 thought on “Alien Isolation te mets grave les miquettes.

Laisser un commentaire