Pourquoi aimer le Retrogaming ?

Bon ça doit un peu transparaître pour quiconque lis ce blog depuis un petit moment : je suis un grand amoureux de la Megadrive de SEGA. Pas tant par la puissance bien entendu, à l’heure de la PS4 et compagnie vous comprendrez que le retour aux vieilles machines présente un intérêt tout autre !

Quel intérêt cela représente ? A vrai dire j’en trouve plusieurs, évidemment on peut placer la nostalgie à la première position mais c’est également la recherche d’un esprit bien marqué et d’un catalogue spécifique a chaque machine qui définit la génération 16-Bit. Si l’on considère que la génération actuelle représente une certaine maturité du marché, on peut sans peine imaginer que la génération 16-Bits est perçue comme la sale adolescente de l’industrie : arrogante, en pleine recherche d’elle même, un peu cruelle parfois mais tellement attachante. C’est l’époque des pubs TV qui n’ont pas peur de cracher sur le concurrent pour balancer un « c’est nous qu’on a la mieux ! ». Si l’on compare avec ce qui se fait maintenant en termes de communication on se demande si l’on parle toujours bien de jeux vidéo, la communication est aseptisée au possible et le marketing se mêle du processus de production des titres à une fréquence dangereuse et nuisible pour le marché.

Megadrive Retrogaming

Avec ce constat ce n’est pas innocent de voir la scène indépendante exploser et noyer de titres le marché, au point même de faire de l’ombre aux plus grands (et aux plus gros) de l’industrie. Si des jeux aussi moches que The Binding of Isaac, Risk of Rain ou Hotline Miami trouvent leur chemin sur des milliers de bibliothèques Steam (ou PS Vita, les vrais savent) c’est bien qu’il y a une raison : le retour aux sources des indépendants est largement cautionné par le grand public (moi le premier). Outre certains aspects « évidents » de l’indépendance comme la difficulté des jeux bien plus punitive en général, le style rétro assumé de la plupart des jeux et bien d’autres c’est surtout l’impulsivité dans la création qui donne des titres beaucoup plus « purs » (comprenez par là qu’ils sont moins altérés par des décisions externes). Mais ne nous leurrons pas : une grosse majorité des jeux indépendants sortant sur votre PC à 3’000€ sont capables de tourner sur une Super Nintendo, ce qui rends ces titres si uniques à l’heure actuelle n’est-ce pas finalement le contraste net qu’ils proposent avec l’offre traditionnelle ?

Hotline Miami

C’est en partant de ce constat que je consomme comme ça : j’attends bien entendu énormément des sorties jeux vidéo « traditionnelles » avec mes RPG et compagnie, je consomme régulièrement (voir même davantage) de titres indépendants et j’essaye toujours de ne pas renier le passé du jeu vidéo. Parce que ce n’est absolument pas parce qu’un titre est daté qu’il est forcément dépassé et qu’il existe des milliers de jeux sur des dizaines de machines qui n’attendent qu’a être re-découverts pour bénéficier d’une seconde vie. Pour ces raisons ma Megadrive n’a pas terminée de tourner et je lui offre régulièrement de petits cadeaux pour continuer de la découvrir d’avantage.

lule

1 thought on “Pourquoi aimer le Retrogaming ?

Laisser un commentaire