Premières impressions – Lightning Returns Final Fantasy XIII

Comme je l’ai pratiqué pour Bravely Default je comptais vous écrire un petit billet à un instant T de mon aventure sur Lightning Returns, le dernier opus en date de la saga Final Fantasy XIII s’inscrivant dans l’univers Fabula Nova Crystallis. Etant donné que un RPG bah… c’est long je pense qu’un petit avis rapide sur mes 8 heures de jeu peuvent déjà vous décider ou non à franchir le cap.

Lightning Returns Battle
VAZY VIENS KESTUVEUX ?!

Lightning Returns c’est un jeu que j’ai d’abord détesté puis que j’ai appris à comprendre. Beaucoup de choses dans Lightning Returns sont nouvelles et ne correspondent à rien dans les codes du J-RPG (moderne ou non) : pas de progression par l’expérience, les combats sont très souvent des duels en 1vs1 contre un seul monstre, beaucoup de quêtes et un contexte apocalyptique assez nouveau. Finalement Lightning Returns est diamétralement opposé au style et à l’ambiance traditionnelle qui règne dans Bravely Default, es-ce un mal ? Absolument pas !

Lightning ReturnsLightning Returns démarre avec un handicap de poids : un timer réglé sur 5 jours qui vous rappellera constamment le temps imparti à votre tache : tenter de libérer un maximum d’âmes possibles avant la destruction du monde. La tétra-chiée de quêtes est donc justifié par le devoir de Lightning de venir en aide aux humains afin de pouvoir partir sereinement vers un monde meilleur. Le contraste qui règne entre l’ambiance du jeu et l’oppression perpétuelle de vivre dans un endroit prochainement détruit est assez unique : personne ne panique, personne ne pleure, personne ne ris. L’ambiance n’est ni bonne ni mauvaise et témoigne de la condition de vie de ces humains devenus immortels du fait que la trame temporelle a été trop souvent modifiée dans Final Fantasy XIII-2Lightning Returns décris une histoire super intéressante dans un contexte fascinant mais s’y prends comme toujours de façon maladroite : en effet les éléments les plus importants et les plus intéressants ne seront pas explicitement dit mais peuvent être trouvés en fouillant l’encyclopédie interne du jeu ou au détours d’une conversation de PNJ.

LIGHTNING RETURNS
TU LE SENS MON PLOT TWIST ?

Pour l’instant je n’ai pas trop exploré les 4 zones proposées par Lightning Returns, je me suis concentré sur l’histoire de la capitale : Luxerion. Graphiquement on est loin des premières démonstrations du jeu, même si malgré tout certaines textures sont affichées dans une résolution à en faire rire ma Game Boy Color. Lightning n’a par contre jamais été aussi belle et montre un dynamisme qui fait plaisir à voir tant en combat que dans ses phases d’exploration. Summum du syndrome « je brise ton immersion à coup de pieds » : l’IA des PNJ probablement codés par un stagiaire qui se déplacent de façon totalement aléatoire et peuvent parfois vous bousculer ou rester devant vous alors que vous êtes en pleine discutions dans une de vos quêtes, super dommage…

Pas mal de personnes disent que le système de combat de Lightning Returns est une évolution de celui présenté dans Final Fantasy VII – Crisis Core, n’ayant pas de souvenirs assez précis de ce système je le comparerai tout simplement comme une évolution de celui de Final Fantasy XIII-2. Chaque touche (sur ma Xbox ça corresponds à A, B, X et Y) sont attribuées à une palette d’action du type « Attaque », « Garde » ou encore « Feu ». Ces palettes sont elles même liées à des costumes, Light peut en porter 3 à la fois et peut en un instant (une pression sur LT ou RT) en changer et donc accéder à d’autres palettes d’action. Ça peut paraître un poil complexe, surtout quand on vous propose de créer son propre style de A à Z au début, rassurez vous : ça l’est ! Mais on pige ça au fur et à mesure que le temps avance et le système deviens super plaisant à jouer.

Lightning Returns c’est aussi une grosse baffe de difficulté dans ta face : n’importe quel mob peut te mettre minable. Alors on y réfléchis à deux fois avant d’agresser un pauvre écureuil et on fuis les gros dragons comme la peste. Certains combats sont clairement impossible sans le bon équipement, d’autres demandent un temps d’apprentissage de l’ennemi. Vous savez pas le plus drôle dans tout ça ? Les objets de soin sont ultra limités (5 emplacements au début) et chaque défaite vous pénalisera d’une heure déduite de votre compte à rebours fatidique.

Lightning Returns Luxerion
En recherche du dernier pub avant la fin du monde.

Pour l’instant Lightning Returns est un RPG que je qualifierai de plaisant. On s’en prends plein la gueule mais on s’y habitue et très vite pour on découvre un RPG exigeant et assez novateur dans sa façon d’aborder le jeu de rôle. Ah vous savez quoi ? On m’a dit qu’il ne fallait pas mettre le jeu en « normal » pour sa première partie car c’est juste impossible, c’est con pour moi hein ? Oui car il parait que l’on perds forcément sa première run du fait de la difficulté mais que tout ce qui est gagné est gardé pour la run suivante.

laule ixe dé

6 thoughts on “Premières impressions – Lightning Returns Final Fantasy XIII

  1. Tout est dit :p

    Je suis dans les mêmes heures que toi.. (au moment de l’article, tu as du avancer depuis…)

    Et j’ai fait la même chose que toi, je suis en normal.. 😀 😀 C’est chaudddd

  2. 6 heures de jeu pour moi… en normal, et ouais et pas envie de recommencer du coup bah je vais profiter de cette première partie pour en découvrir un maximum sur les mécaniques du jeu que je suis encore très loin de maitriser parfaitement. D’abord dégouté de ces changements radicaux par rapport à la série je commence de plus en plus à prendre mon pied même si je fuis toujours autant devant la moindre limace qui me menace, qu’elle jaillisse du chaos ou d’entre deux pavés de la capitale.

Laisser un commentaire