Critique – Beyond : Two Souls

Beyond Two Souls test DilanNoKaze

Avec Beyond : Two Souls je crois que je n’ai jamais eu une critique aussi difficile à écrire. Pas que le jeu soit spécialement dur à critiquer mais plus à cause des joueurs pour lequel tu n’as pas droit d’avoir « un peu » aimé un jeu et avoir détesté certains aspects. Désolé aux adeptes du « Soit tu kiff soit tu déteste » on va y aller tout en nuance aujourd’hui. Les détesteurs vont détester.

Beyond : Two Souls
La direction artistique et les graphismes sont par contre au top !

Je n’ai jamais lancé aucun autre jeu de David Cage avant celui-ci, enfin sauf le Heavy Rain que j’avais regardé sur Youtube, ça compte ? Bref, même sans avoir joué au précédent jeu de Quantic Dream il n’empêche que je ne pouvais pas appeler ça un jeu vidéo (rien de mal là dedans encore une fois, vous avez cas vous retaper mon article ici pour en savoir plus). On m’a proposé de tester Beyond : Two Souls pour mon blog, étant donné que c’était un bon moyen de faire tomber mes à priori sur le jeu ça m’a paru une bonne idée !

Beyond : Two Souls raconte l’histoire d’Ellen Page qui fait la gueule dans divers situations de Jodie Holmes, une personne qui a la particularité d’être liée à une seconde âme : Aiden. Forcément une personne avec de tels facultés -Aiden pouvant interagir avec notre monde en tuant des gens, bouger des objets ou prendre possession d’êtres vivants- ça attire les attentions des militaires qui aimeraient bien trouver de chouettes applications militaires.

La narration de l’histoire est un peu bordélique, on commence avec une Jodie d’un certain age pour ensuite repartir 10 ans en arrière, puis un chapitre plus tard 20 ans dans le futur puis 15 ans en arrière et ainsi de suite. Certains passages sont bien amenés et permettent de faire retomber la tension d’un acte chargé en action pour quelque chose de plus calme par exemple. Un des problèmes de cette narration viens de l’actrice Ellen Page elle même : le soucis de cette -très jolie- actrice c’est d’avoir un look d’ado. Il m’est arrivé plus d’une fois de me demander on était dans la timeline de  Beyond : Two Souls vu le peu d’indications physiques du rajeunissement ou du vieillissement de Jodie.

beyond two souls situations variées
Jodie passion camouflage.

jodie beyond : two soulsNiveau gameplay c’est là que le bas blesse et que l’on peut appeler Beyond : Two Souls un film interactif (d’ailleurs il a une fiche sur Allociné, alors bon). Le stick gauche sert aux déplacements -rien de foufou- et le stick droit sert aux interactions. A chaque fois qu’un objet est marqué d’un point blanc vous pourrez interagir avec en poussant le joystick dans sa direction. Le problème de ce type de gameplay c’est qu’il ne marche pas à la détermination du joueur mais à la curiosité : en gros il m’est arrivé plus d’une fois d’utiliser un objet en me disant « mais elle va foutre quoi avec ça ? » plutôt que de le faire en me disant « Ok j’ai besoin de ça ». C’est là que l’on perds le plus à ne pas avoir un truc plus fouillé qui donne les outils nécessaires au joueur. Les autres touches de la manette de la PS3 quand à elles servent aux QTE purs, durs et assumés (même si le pad fait la même chose en passant) hormis la touche Triangle qui est réservée au basculement Jodie/Aiden. Ce dernier est d’ailleurs extrêmement intéressant car il offre de nouvelles perspectives vraiment cool. Comme Jodie, Aiden peut interagir avec les objets marqués d’un point (bleu cette fois) et résoudra certains  » » »Puzzles » » » (mot à prendre avec des pincettes) pour avancer dans l’aventure. Sa capacité à traverser les murs et à interagir avec le monde des vivants est cependant cassé par le cordon qui lie l’âme de Jodie à celle d’Aiden (qui est toutefois justifié par le scénario). Selon la situation ce cordon peut faire entre 3 et 200m ce qui cache de façon assez ridicule le coté « cette situation ne doit pas être résolue comme ça ». Alors je ne parlerais pas de toutes les variétés des QTE présentes dans  Beyond : Two Souls, ça peut aller du combat au ralenti au spammage de touches en passant par les combinaisons à effectuer dans le bon ordre.

Beyond two souls suicide
SAAAAAAUTE !

Même si je savais que le gameplay de Beyond : Two Souls le rendait assez à part dans le monde du jeu vidéo je l’attendais surtout pour son scénario qui paraissait être le réel point fort du titre. Malgré certains points assez mitigés dans la totalité du scénario je crois que j’ai bien aimé. C’est pas l’expérience de l’année mais ça m’a bien occupé on va dire. Je regrette certaines phases « sympatoches » mais presque hors sujets avec le propos du jeu. Le passage des Indiens ou des sans-abris sont sympa par exemple mais n’apportent ABSOLUMENT rien à l’histoire en tant que « tout » scénaristique et se consomment comme un spin-off du jeu. Le problème avec le coté décousu de l’histoire et la narration un peu floue c’est que l’on à l’impression que la fin va vraiment tout remettre en place et nous expliquer pourquoi tout avait un sens, peut-être en attendais-je un peu trop de ce coté là ?

 Autre point qui m’a intrigué pour le titre : les multiples fins possibles (Internet en mentionne 23 différentes, wow !). Grosse désillusion de ce coté : les 23 « fins » correspondent à des vidéos interchangeables qui s’assemblent pour former un « tout ». de plus la fin du jeu n’est absolument pas influencée par vos choix tout au long du jeu mais se décident 10 minutes avant la fin du dernier acte… Voilà voilà… Par contre il est vrai que à certains moments de l’aventure certaines scènes ne se déclenchent que sous certaines conditions, le game over étant absent il faut proposer à chaque fois deux chemins possibles au joueur.

Pour résumé : je n’ai pas détesté Beyond : Two Souls, j’ai passé un moment sympa devant. Consommé comme un film (un peu chaque soir) avec quelques séquences qui manquaient de rythme ou d’intérêt mais qui globalement dans le « tout scénaristique » ont été sympa à suivre. Point positif, le fait que le jeu sorte en fin de gen permets de prendre part à un monde modélisé comme on en a jamais vu, « ça claque comme c’est pas permis » comme disent les jeunes. Ne tenez pas compte de l’espèce de notation en haut et en bas, comme je peux pas mettre d’arrondis j’ai du trancher, je lui aurais mis 2.5/5 si je pouvais, d’autant plus que pour moi ce jeu est vendu largement trop cher pour le contenu et l’expérience qu’il offre.

je précise on sais jamais

Laisser un commentaire