[Test] Dissidia 012 Duodecim

J’avais été vraiment conquis par la performance du premier Dissidia : à la fois innovant et surprenant. Qu’on soit fan de la licence Final Fantasy ou à la recherche d’un bon jeu de baston sur PSP il faut dire qu’on était servit ! La vraie question maintenant c’est de savoir si Duodecim répond autant aux attentes des fans du premier opus.

Evolution et corrections…

Graphiquement équivalent à son aîné, Duodecim relève le pari de la surenchère de contenu. De nouveaux personnages, de nouveaux stages, une nouvelle histoire et de nouvelles musiques. Cela sent presque le renouveau du coté de Square Enix. Coté gameplay quelques corrections ont été apportés, notamment sur la jauge EX (qui permet de déclencher la limite du personnage) qui était vraiment trop forte et accessible, compensé par un système d’assist qui se révèle en fait assez inutile au final.


Du bon et du moins bon.

Le gros point noir de Duodecim c’est de trop se reposer sur ce qui a été acquis dans Dissidia. Ainsi même en faisant le nouveau scénario on à l’impression de jouer au premier et on se lasse parfois de cet enchaînement de combats sans fin. L’histoire de Duodecim vous occupera une bonne dizaine d’heures en ligne droite ajoutez y 3 heures de plus pour les acharnés de défis. A ce scénario vient se greffer celui du premier Dissidia (qui me fait penser que finalement Square Enix aurait du faire un gros DLC plutôt qu’un jeu en boite au final).

Après il ne fat pas se leurrer : le jeu remplit bien sa part du contrat et nous garantie de bonnes heures de fight, seul ou a plusieurs ! Dissidia reste une valeur sur en ce moment, d’autant plus que sur PSP les challengers se font rares.


Here come a new buisness plan !

Duodecim prône la nouvelle politique de Square Enix : celle de la surenchère de DLC et du collector « Low Cost ». Pour une fois vous allez m’entendre dire que « c’était mieux avant… ». Duodecim a vraiment été pensé pour inclure des DLC (tenues de personnages notamment).

En conclusion?

Une fois fini le jeu laisse une saveur amère : celle d’avoir joué à quelque chose d’inégal. Autant le travail musical est excellent, autant le scénario est ennuyeux et linéaire au possible. Le reste à déjà été vu et revu dans le premier opus de la série. Fans de Final Fantasy je vous préviens que vous risquez de rester sur votre faim…

Si un jour Dissidia sort sur consoles HD, j’achète tout de suite !  (arg)


3 thoughts on “[Test] Dissidia 012 Duodecim

  1. J’ai bien aimé les deux DIssida que je trouve qui sont assez sympathique surtout quand on fait toutes les histoires et qu’on retrouve tout les persos <3 Quel bonheur que de pouvoir jouer avec Laguna <3

Laisser un commentaire