Mercy Overwatch

Note de service : DilanNoKaze n’est pas décédé.

Dans la vie de mon blog j’ai dû faire quelque chose comme 4 ou 5 billets du genre « Me revoilà, je ne suis pas mort MDR », celui ci est donc le digne héritée de cette grandissante lignée de messages d’absence.

Il y a des moments où vous êtes motivés et d’autres non, c’est aussi simple que ça. Non pas que la sortie de Overwatch de Bilzzard coïncide comme par hasard avec ma cessation d’activité (bon un peu quand même), mais bon quand vous ne savez pas quoi écrire ou que vous avez une Pasmotivite aiguë ça n’aide pas !

On s’amuse bien sur Overwatch, venez !

Bref ne pas être motivé n’excuse pas mon retard sur beaucoup de choses dont j’aimerai vous parler : « Pourquoi Overwatch est si cool ? », quelques billets cinéma, les jeux auxquels je joue (et qui sont cool)… On a tant de choses à rattraper fils !

Odin Sphere Vita

Qu’est ce qu’il est beau ce Odin Sphere !

Du coup en ce moment entre mes parties de Overwatch (en attendant les parties classées) et Minecraft je joue au portage sur PS Vita de Odin Sphere Leifthrasir. A la base c’est un jeu Playstation 2 passé inaperçu car sorti en fin de vie de la machine, pourtant le studio Vanillaware derrière ce bijou d’animation est réputé pour ses graphismes somptueux (Muramasa, Dragon’s Crown et GrimGrimoire excusez du peu). Bref je pense que vous n’avez pas besoin d’attendre mon test pour y jouer, mais si besoin il ne devrait pas trop tarder ! J’ai également le très controversé Mighty No.9 à tester sur Wii U, là j’ai pas de première impression à vous faire donc débrouillez-vous ! 😘

Jeux Du Mois

Les rentrées de ce mois et du mois dernier. On est sage et c’est tant mieux !

Avec tous ces jeux qui me bouffent mon temps j’ai un peu perdu le goût aux achats, c’est la raison pour laquelle je n’ai pas sorti mon vlog mensuel et c’est pas plus mal : j’ai une tonne de jeux à faire, autant se concentrer sur eux. J’ai tout de même récupéré quelques excellents titres que je ne manquerai pas d’essayer quand j’aurai renoncé à cette chose surfaite que l’on appelle le sommeil !

Et vous ? Vous jouez à quoi ? Vous allez bien ? Vous donnez des nouvelles à vos proches ? Vivement un peu plus d’activité ici ! Promis après ce billet je réfléchi aux autres ! ☺

le meyeur

Fire Emblem Fates 3DS

Achat – Fire Emblem Fate Collector Edition

On continue les sorties de l’année 2016 avec le très attendu Fire Emblem Fate sur Nintendo 3DS. Faisant suite au très réussi Fire Emblem Awakening cet opus aura fait l’exploit de nous vendre via un DLC dans Super Smash Bros le personnage principal Corrin avant sa sortie.Fire Emblem Fates 3DS collector box

Fire Emblem Fate possède la particularité de proposer un opus qui lorgne du côté du système économique de Pokémon en proposant deux versions distinctes. Le concept est d’autant plus alambiqué que pour débloquer toute l’histoire il faut acheter les deux versions PLUS un troisième opus final. Pour la simplicité on repassera !

Quitte à raquer autant le faire une fois pour toute en achetant directement l’édition collector de Fire Emblem Fate. Celle-ci permets de ne pas se casser la tête : tout est compris dans la petite cartouche, par contre vous payez deux fois le prix du jeu.

Fire Emblem Fates 3DS collector inside box

La version collector de Fire Emblem Fate n’est pas un modèle de générosité dans son contenu. Le principal intérêt de ce pack est de récupérer les deux déclinaisons du Tactical RPG, cette édition limitée comprends donc un steelbook, un petit artbook, un poster (le goodies du pauvre) et le jeu.

Le Steelbook est assez soigné, j’ai jamais compris le délire de mettre une -jolie, certes- boîte vide plutôt qu’un truc plus « utile » comme une BO ou autre chose.

L’édition limitée de Fire Emblem Fate comprends également un mini-artbook de 20 ~ 30 pages, c’est con car la direction artistique est vraiment hyper bien foutue. Du coup le « bouquin » fait plus office de teaser pour un éventuel produit fini plus complet.

Et l’objet le plus basique de cette édition collector est également le principal facteur d’achat : les trois versions en une cartouche. En plus on rigole, on rigole … mais avec les collectors de Hitman, Wolfenstein et d’autres c’est pas gagné de trouver une copie de son jeu dans un pack qui coûte souvent 1,5 à 2 fois le prix d’une édition simple seule.

Même si très jolie (merci la direction artistique), les 80€ dépensés ne sont pas non plus bien foufous hors du fait de pouvoir avoir la version « complète » de l’aventure sans passer par la case DLC. De toute façon je pense que les adeptes de la saga ne se sont pas posés de questions et ont fait comme moi, bon par contre à la maison c’est madame qui va y jouer !

bae

A Normal Lost Phone Ulule

A Normal Lost Phone se lance sur Ulule !

C’est rare que je lâche mon argent sur des sites de crowdfunding -pas que je veux pas hein- de temps en temps je m’autorise une petite participation quand le projet est vraiment super, et dans des cas rarissimes j’en parle ici. A Normal Lost Phone avait tous les ingrédients pour me plaire, c’est bien normal que vous explique ce qui me fait craquer dans ce jeu d’enquête qui n’en est pas vraiment une.

A Normal Lost Phone Ulule Logo

Le pitch du jeu est simple (et vous l’avez sans doute déjà deviné) : vous trouvez un téléphone. À qui est-il ? Qu’est-il arrivé à son propriétaire ? Vous ne le saurez qu’en le fouillant. Le coup de génie pour moi commence dès le choix de l’interface : un jeu d’enquête avec pour « support » le smartphone c’est une idée géniale et tellement logique. Il me semble que A Normal Lost Phone est le premier jeu à exploiter cette idée de game design et je trouve que c’est sans déconner une idée au potentiel énorme. Au delà de l’interface, le jeu traite de sujets très actuels et très personnels comme l’adolescence, l’homophobie et la recherche de soi. Encore une fois je me répète mais cette façon de traiter le sujet est pour moi excellente et présage du meilleur.

A Normal Lost Phone game design

Un Game Design que l’on a tous dans sa poche !

A Normal Lost Phone passe donc par la case financement participatif après sa création lors de la Global Game Jam 2016. Au vu des récompenses attribuées au titre d’Accidental Queens il est normal que la moitié des 10.000 € demandés soit déjà récoltée à l’heure ou j’écris ces lignes !

Sachez également que A Normal Lost Phone existe déjà dans sa version « finie », cependant le crowdfunding promets un nouveau jeu -payant certes- plus riche en contenu. Je n’ai donc joué que très peu au prototype pour ne pas me spoiler la « fin » du jeu et je vous invite à faire pareil si vous décider de participer à l’aventure !

Et pour vous convaincre un peu plus (moi têtu ?) j’ai eu le plaisir d’échanger quelques questions avec Elizabeth, membre du collectif Accidental Queens afin de nous parler de son groupe et de son jeu.

Quelques questions à Elizabeth (Game Design / scénario) au nom du collectif Accidental Queens.

Il y a un vrai potentiel à explorer dans la créations de mécaniques de jeu nouvelles, et dans la narration « plus proche du réel ».

Pourrais-tu présenter ton collectif en quelques mots ?
On est un collectif européen, et on s’appelle Accidental Queens. « Accidental » car on ne s’apprêtait pas du tout à ce que le prototype soit un tel succès, « Queens » parce qu’on a une majorité de femmes dans l’équipe, et on en avait tous un peu marre que ce soit toujours le masculin qui l’emporte dès que y’a un mec dans un groupe. C’était donc un peu l’occasion de montrer la différence.

J’adhère complètement au fait de faire du téléphone l’élément central du jeu. Le concept est tellement bon que j’en viens à me dire pourquoi elle n’a jamais été exploitée avant. Comment vous est d’ailleurs venu l’idée ?
On avait joué à Her Story avant, et on a beaucoup aimé le concept de puzzle narratif, dans lequel il faut prendre des petits bouts, et les coller ensemble pour comprendre l’histoire. On ne voulait pas réutiliser non plus la même mécanique exactement, donc on a réfléchi à comment reproduire la même sensation de jeu, mais autrement. Quand le thème de la global game jam a été annoncé (« Rituel » -> Le jeu s’est fait pendant la global game jam 2016), on a pensé aux manies et rituels que nous avions tous avec nos téléphones, et au fait que vu que nous avions tous plus ou moins les mêmes, il était facile de fouiller la vie de quelqu’un et de deviner ses mots de passe.

Dans vos inspirations (Life Is Strange, Her Story) et dans vos préférences vidéoludiques (Binding of Isaac) on sent que vous êtes plus tournés vers des manières plus intimes et plus subtiles de raconter des histoires, ai-je juste ? 
Oui je pense que grosso modo dans l’équipe, on va plutôt tous s’intéresser à des expériences un peu subtiles, moins connues parfois du grand public. Il y a un vrai potentiel à explorer dans la création de mécaniques de jeu nouvelles, et dans la narration « plus proche du réel ». Je pense qu’à l’avenir, on va voir de plus en plus de ce type de jeu. D’ailleurs il suffit de voir les jeux qui ont gagné aux Games developers choice awards ces dernières années. Il y a de plus en plus de jeux qui ne sont pas de Triple A.

Si le financement est un succès (ce que bien entendu on vous souhaite tous) avez-vous d’autres projets dans ce média ou un autre ?
Vu que la création de nouveaux opus nous a beaucoup été demandée par nos fans, on a déjà commencé à réfléchir à d’autres idées d’histoire que nous pourrions raconter avec des téléphones perdus. Mais on aimerait bien aussi explorer d’autres mécaniques, alors on verra !

Je remercie encore une fois Elizabeth pour son temps et ses réponses et j’espère que le projet sera une belle réussite !

Financer le jeuEt devenir un Homme meilleur

Je suis un mec pas coherent

Podcast Cover

Vlog du 13/05/16 – Achats, Overwatch, Civil War …

Avec un peu de retard certes, mais tout de même présent : le Vlog du mois de Mai ! Comme d’hab : mes emplettes, les jeux et les films faits ce mois-ci et les billets de mon blog à lire.

J’espère que le sommaire vous tente, j’attends vos retours en commentaires !


J’ai remarqué après coup que la qualité de la vidéo est vraiment pas ouf, je cherche donc un logiciel pour gérer ma webcam qui est censée me fournir des images en 1080p. Si vous avez ça sous la main ce serait cool !

Panzer Dragoon Orta cover

Critique – Panzer Dragoon Orta

Véritable OVNI vidéoludique de par son univers onirique et ses mécaniques de rail-shooter : Panzer Dragoon Orta restera pour moi une expérience singulière. Bien entendu je compte bien vous expliquer pourquoi j’ai trouvé l’expérience vraiment cool dans ce billet.

Premièrement, je tiens particulièrement à remercier le site How Long To Beat qui habituellement m’indique une durée de vie -à peu près- correcte pour un jeu que je souhaite terminer. Pour Panzer Dragoon Orta j’ai eu droit à un temps de 4h, parfait pour un bon dimanche après-midi ! Bon… Voilà… J’ai bien terminé le jeu en 4h, mais il faut retenir que ce temps ne prends pas en compte les -très- nombreuses morts qui doublent ou triplent le temps effectif passé sur le jeu. On vous ment, ne l’oubliez pas !

Panzer Dragoon Orta character

Bae N°387

Ceci dit, nous pouvons attaquer ! Panzer Dragoon Orta est donc un Rail Shooter sorti exclusivement sur Xbox en 2003, il fait suite à Panzer Dragoon I, II et au fameux RPG très (trop) côté de la Saturn : Panzer Dragoon Saga. Vous incarnez Orta, jeune fille délivrée de sa captivité par un mystérieux Dragon, son évasion va la conduire à la découverte d’un monde dévasté, rongé par la guerre et au rôle qu’elle va jouer dans tout cela. Bon l’histoire n’est vraiment pas le point fort du jeu, mais le contexte et l’univers font un taff remarquable et même si les dialogues se comptent sur les doigts d’une main, bah on adhère bien !

Je craignais que le côté Rail Shooter de Panzer Dragoon Orta soit plus une contrainte pour moi, le mode de jeu est finalement assez plaisant et suffisamment complet pour ne pas se sentir frustré. Le Dragon possède trois formes que vous pouvez sélectionner d’une seule pression sur la touche Y : Léger, Moyen et Lourd, chaque « poids » correspondent à une vitesse de déplacement et une puissance d’attaque. Les gâchettes de la manette vous permettent de regarder les côtés et l’arrière du Dragon, car ouais les attaques ne viennent pas que de face !

Panzer Dragoon Orta World

Les environnements sont tellement beaux !

Le jeu se divise en 10 chapitres qui malheureusement sont assez inégaux dans la difficulté. J’ai par exemple énormément galéré vers le chapitre 4-5 puis fait le suivant d’un seul coup. Par contre quand vous rencontrez un pic de difficulté le jeu se transforme en pattern à apprendre par cœur pour contrer les tirs ennemis, adopter la bonne forme au bon moment et enchaîner les dash avant à la seconde près. Toute cette phase d’apprentissage est vraiment sympa et pas trop rébarbative. Et puisque ce sera bon pour mon référencement de l’évoquer ici on peut dire que Panzer Dragoon Orta est un peu le Dark Souls du Rail Shooter.

Dur de ne pas parler de Panzer Dragoon Orta sans évoquer ce qui fait sans doute la force du jeu : son univers musical et sa direction artistique tout bonnement fantastiques. Bien entendu je peux vous citer ici les influences qu’a eu Jean Giraud (Moebius) sur l’univers de Panzer Dragoon, mais le jeu transpire tellement l’amour pour notre auteur qu’il n’est même pas nécessaire de le mentionner. A noter aussi cet habillage sonore très particulier à mi chemin entre les rythmes très arcade, les bruitages et parfois même le vide (je vous laisse celle-ci en exemple). Les pistes sonores de Panzer Dragoon Orta sont super oniriques et renforcent le sentiment de jouer à un jeu unique.

 En résumé j’appréhendais vachement le côté Rail Shooter de Panzer Dragoon Orta car pas super grand fan du genre, et pourtant j’ai pris énormément de plaisir à découvrir ce monde superbement souligné par le travail artistique des équipes de SEGA. Vous avez de la chance, cet opus est le moins cher de la série et est apparemment lisible sur Xbox 360, arrêtez de vous chercher des excuses et partez à dos de Dragon !

en allemand meme

Page 1 sur 142

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén