Xenoblade Artbook

Artbook – Xenoblade The Secret File Monado Archive

A chaque article sur Xenoblade je exprime de façon toujours plus insistante comment je kiffe ce jeu et comme il a marqué mon petit cœur tout fragile. C’est tout naturellement que j’ai donc ragé quand j’ai vu que de nombreuses personnes ont pu avoir gratuitement et en français l’artbook accompagnant la sortie européenne du jeu.

Xenoblade The Secret File
Voui voui voui <3

Faute de trouver à prix raisonnable cet artbook Xenoblade The Secret File en français (ouais parce que des enculés le revendent le prix d’un SMIC) je me suis rabattu sur la version japonaise, étant donné que c’est un artbook la barrière de la langue n’est pas excessivement gênante pour ce type de produit, constitué en majeure partie d’images. Xenoblade The Secret File est donc un artbook couverture souple d’un peu plus de 200 pages couché sur un papier mat qui mets vraiment bien en valeur les illustrations.

Les travaux présentés dedans sont ultra complets et vont du chara design au storyboard des cinématiques. Certains passages sont inaccessibles pour moi du fait de la barrière de la langue, comme les transcriptions des dialogues, mais bon à la limite c’est vraiment pas pour ça que je me suis procuré l’ouvrage.

Acheté pour une quarantaine d’euros sur eBay je ne regrette absolument pas ma petite folie ! Il ne me manque à priori plus que l’OST du jeu tenant sur 4 CDs et j’aurais ma collection complète d’objets de la licence que je voulais absolument ! Je suis en tout cas très content de pouvoir vous présenter Xenoblade The Secret File, j’ai tellement bavé devant cet objet que l’exposer sur mon blog est presque comme un soulagement.

Que vous surkiffiez comme moi Xenoblade ou que vous êtes simplement adeptes de beaux artbook vous pouvez vous procurer sans problème Xenoblade The Secret File, c’est de la bonne came bébé, une chose est sure du coup : vivement que Xenoblade Chronicles X sorte !

nn jdékone alé mourir mdr

En Tete articles

Déballage – Final Fantasy Theatrythm Curtain Call Collector

Final Fantasy Theatrythm a vraiment été un jeu très complet et addictif, quelque temps plus tard, après le succès amplement mérité du jeu, la suite Curtain Call arrive pour consolider le gameplay de la licence de Square Enix. Et ne vous en déplaise, je vous présente aujourd’hui le Collector de Final Fantasy Theatrythm Curtain Call commandé directement et disponible exclusivement sur le Square Enix Shop.

Final Fantasy Theatrythm Curtain Call collector
Ouais, un collector sur 3DS !

Le collector de Final Fantasy Theatrythm Curtain Call est assez complet, vendu pour le prix d’un jeu à Micromania il contient :

  • Le jeu (mdr c tro drol)
  • 5 cartes à collectionner (d’où tu veux les collectionner, y’a déjà les 5 dedans)
  • Deux CDs (un de 5 morceaux et un de 20)
  • Un étuis collector (une 3DS XL rentre)

Globalement c’est plutôt sympa, et le CD de musiques est vraiment bienvenue, car bon Final Fantasy Theatrythm Curtain Call c’est pas comme si c’était QUE de la musique !

Le truc est assez fin en fait, je pensais que la boîte serait plus imposante. Mais bon en dernier lieu quand on y pense  un peu (c’est à dire, quand on ne fait pas comme moi) on se doute que tout rentre dans la boîte, qui est globalement aussi grosse qu’un tome de Harry Potter sur la fin.

Le collector de Final Fantasy Theatrythm Curtain Call est vraiment sympa au final, je ne vous file pas de lien pour l’acheter car c’est une exclusivité du Square Enix Store, et sans chercher je peux vous dire que à mon avis les commandes sont cloturées depuis un bail pour cette édition hyper demandée en France. Globalement j’étais un peu sceptique de commander sur le Square Enix Store et tout s’est bien déroulé pour ce premier achat. Le colis est arrivé en bon état et tout s’est bien passé (hormis le payement à la précommande, un peu relou mais bon).

hihi dédikasse a pimy

en-tete press start

Concert – PRESS START : Symphony of Games

Après deux voyages à Paris pour profiter des concerts symphoniques Distant World je me suis dit que j’allais peut être un peu lever le pied, parce que bon l’air de rien ces virées parisiennes sont un peu gourmandes en finances. Et puis je découvre l’annonce du concert PRESS START : Symphony of Games… Et merde !

Imaginez trois des plus grandes têtes de la musique de jeu vidéo et réunissez les dans une même salle à Paris le 11 Avril 2015 pour titiller les joueurs. Imaginez maintenant que ces trois personnes sont Nobuo -The King- Uematsu (Final Fantasy), Yoko Shimomura (Kingdom Hearts) et Yasunori Mitsuda (Chrono Trigger/Cross, Xenogears). Ça calme hein ? Et bien PRESS START : Symphony of Games ce sera tout ça, et forcément ça donne grave envie !

Press start : symphony of games

Bon je pense que vous savez ce que je pense de La Fée Sauvage niveau organisation et logistique sur les événements de cette taille (bien qu’ils se soient un peu améliorés sur le dernier concert), au moins on ne peut que saluer l’initiative de faire venir de tels concerts en France. J’ai donc pour ma part opté pour des places en catégorie 1 (50€ l’unité), bien entendu ça aurait été le kiff ultime d’avoir ma rencontre avec Yoko Shimomura immortalisé par une dédicace sur mon Kingdom Hearts, mais bon à 200€ la place et vu comment la dernière soirée « VIP » était une catastrophe avec La Fée Sauvage j’ai préféré m’abstenir.

Je serais donc au PRESS START : Symphony of Games le samedi 11 Avril 2015 à la séance de 20h pour du bonheur auditif, si vous y allez on pourra s’y retrouver avec plaisir et si vous voulez précommander vos places ça se passe ici !

ui hein la fee sauvage

en-tete chromebook

Chromebook – Quelques astuces pour bien exploiter son ordinateur

Le Chromebook de Google est une machine un peu particulière, bien que ultra fonctionnelle et pratique c’est avant tout un système nouveau qu’il faut apprendre à maîtriser. Et comme je suis un mec à la cool j’ai décidé de vous pondre un article pour vous présenter quelques must-have de la machine, les bons usages à adopter et quelques conseils.

En tant que blogueur mon plus gros soucis était de savoir ce que j’allais faire de mes photos et de la retouche d’image. J’ai pour habitude -c’est mon métier donc ça aide- de fournir des images propres prises la plupart du temps en photo par mes soins. Forcément un système se basant exclusivement sur le web me paraissait dangereux. J’ai découvert donc plusieurs astuces pour gérer mon blog 100% via mon Chromebook.

Chromebook asus pochette
Il n’est pas beau mon bébé ? :3

Le Blogging sous Chromebook :

Pour la retouche d’image, et pour les amoureux de Photoshop qui cherchent un substitut efficace (et gratuit, le bonus cool) je vous conseille Pixlr, une webapp hyper complète qui vous permettra de remplacer 70% des fonctionnalités de Photoshop, le tout juste avec  juste une connexion internet. Créez un compte sur le logiciel pour sauvegarder quelques fichiers en ligne et plus facilement gérer vos gabarits, le seul truc qui manque vraiment au soft est la gestion des macros et le traitement d’images en masse, mais bon après c’est juste que je fais mon relou.

Pour les photographies que je prends, j’avais pour habitude de systématiquement les retoucher avant de les publier, j’ai testé de télécharger un plugin WordPress nommé Resize Image After Upload. En fait 90% des clichés que je publie sur mon blog sont exploitables tel quel sans retouche, il me manque juste une fonction sur mon blog qui me retaille les images à la bonne taille. Avec Resize Image After Upload j’importe mes gros clichés à une taille monstrueuse et WordPress s’occupe tout seul de compresser l’image et de lui donner une longueur ou une largeur maximum (et de supprimer l’image originale qui prendrait de la place inutile). Je pose mes fichiers sur WordPress et je ne m’occupe de rien d’autre, c’est le pied !

Globalement tenir mon blog sur ce petit ordinateur est vraiment plaisant, il est vrai que je n’ai pas les fonctionnalités auquel j’ai été habitué sur PC mais en creusant un peu j’ai découvert que des outils me permettaient de faire le même travail sur d’autres outils. Et clairement le Chromebook devient pour moi un outil plaisant qui va vite m’être indispensable.

Jouer sur son Chromebook :

Hormis les jeux que vous pourrez trouver en ligne via navigateur (certains sont très sympa, mais globalement c’est pas foufou). Vos jeux tournant sur votre bécane à 3000 € vous manquent ? Vous n’avez cas les streamer ! Par défaut mon Chromebook était livré avec une application de bureau à distance. Il vous suffit de télécharger le même plugin sur votre autre PC ou Mac et a vous l’ordinateur ultra puissant et transportable ! Attention cependant, étant donné que vous interagissez avec un ordinateur distant, il est possible que du lag intervienne. La fluidité de vos activités dépendra de la vitesse de votre réseau. En tout cas personnellement pour me faire quelques parties de Heartstone au dodo ça passe du feu de dieu !

Bien entendu le bureau à distance possède de multiples applications possibles (aide d’amis, envoi de fichiers oubliés à la maison etc…) mais peu de personnes pensent à cet usage. Alors faites péter votre bibliothèque Steam !

Chromebook WordPress
Blogception

Quelques conseils pratiques :

Le Chromebook tourne autour de l’architecture crée par Google, profitez en donc au maximum en vous connectant et en centralisant au maximum vos informations de compte Google, ainsi vous éviterez de tenir deux agendas différents, de perdre vos contacts Android ou d’écrire un document et de le perdre en changeant de support. Organisez bien vos favoris sur Google, adoptez un mot de passe hautement complexe et vous aurez un système vraiment ultra plaisant à manipuler !

Vous voulez transporter votre Chromebook ? N’oubliez pas de passer par la case Amazon pour chopper une housse adaptée à votre modèle, j’ai pris celle-ci et elle est impeccable pour mon petit Asus !

Envie de travailler dans les transports en commun ou dehors ? Votre smartphone peut devenir un hotspot (point d’accès sans fil) pour vous permettre de bénéficier du précieux Internet n’importe où, et ça peut être vachement chouette !

Conclusion :

Je suis adepte de mon Chromebook, aussi bien pour travailler que pour un petit surf ponctuel, il est certes vrai que le bestiau nécessite un temps d’adaptation pour apprendre à s’en servir et à subtiliser certains usages contre d’autres. Mais Globalement le confort est au rendez-vous ! Si vous avez besoin de conseils ou d’aide supplémentaire n’hésitez pas à m’en parler en commentaires !

envin on verra

en-tete Asus Chromebook

Achat – Asus Chromebook, le portable sous Chrome OS

Avec mon nouveau travail s’est dégagé un problème  : comment puis-je faire pour que ma vie professionnelle n’empiète pas trop sur mes loisirs ? Forcément travailler prends du temps, mais je suis partisan du dicton « Travailler pour vivre, et non l’inverse ». C’est pourquoi a aucun moment il était envisageable pour moi de mettre en standby le blog, et encore moins de l’arrêter ! C’est alors que je me suis dit que peut-être investir dans un petit ordinateur portable ne serait pas forcément stupide.

Et puis soudain : Asus Chromebook sur Amazon. Ne coûtant « que » 250€ avec un peu de remboursement en carte cadeau, le hic ? Ce fameux Chrome OS, c’est bien beau mais qu’est ce que c’est ? Il me fallait impérativement que mon futur ordinateur portable intègre l’ensemble des outils nécessaires pour l’élaboration d’un article de A à Z. Après quelques renseignements sur l’internette mondial j’ai tenté le coup, YOLO comme disent les jeunes.

Mark of the beast
Mark of the beast

Je reçoit donc le Asus Chromebook à une vitesse étonnante, comme d’hab Amazon reste au top. La bête se dévoile de façon assez simple dans son carton : le Asus Chromebook et son chargeur. Déjà chargée j’en profite pour configurer l’objet : je rentre mon mot de passe Google et… fini ! Toutes ces années de synchronisation de données Google chrome, de contacts Android et compagnie sont finalement payantes : toute ma vie numérique se retrouve centralisée derrière un petit mot de passe qui me permets de ne jamais reprendre à zéro (ok c’est un peu flippant, mais c’est aussi super pratique !).

Techniquement le Asus Chromebook mise (un peu comme les Mac) sur le tout en un esthétique : webcam de bonne résolution, son vraiment pas dégeu, deux USB dont un 3.0, un HDMI pour le multi-écran, un slot pour cartes SD, prise écouteur, autonomie comprise entre 9 et 13h (selon vos usages bien entendu), chargement supra rapide (une heure grosso-modo) et écran vraiment super beau. Deux petits regrets, juste pour faire chier mon monde : le clavier rétro-éclairé manque un peu et le capot prends hyper vite les traces de doigts. Mais bon globalement faut aussi se dire que j’ai payé mon Asus Chromebook une misère !

Niveau fonctionnalités le Asus Chromebook est assez limité, Chrome OS oblige le cœur du système est centralisé autour du navigateur phare de Google. Est-ce un mal ? Clairement pas, d’ailleurs pour vous prouver que le Asus Chromebook sied parfaitement à mon usage cet article à été entièrement réalisé sur celui-ci. Bien entendu je vous prépare un billet dans la semaine pour vous donner quelques super astuces pour ne pas vous prendre la tête avec des choses un peu techniques comme la retouche d’images, les jeux etc. Pour moi le Asus Chromebook est un produit réellement complet qui n’a vraiment pas à rougir face aux concurrents. Si vous avez des potes Hipsters qui ont dépensé une somme à 4 chiffres pour acheter un Mac tout ça pour aller sur Facebook vous allez nettement vous sentir moins con de pouvoir faire la même chose pour 4 fois moins avec le même confort !

Ne nous leurrons pas, à l’heure actuelle 90% de l’usage de notre ordinateur se fait via le navigateur internet. Mon Asus Chromebook ne fait que répondre à ce constat en proposant un produit pertinent. Clairement j’ai perdu deux-trois petites choses par rapport à ma grosse tour mais c’est tellement bon !

le pgm du oueb